Couvre-feu à Toulouse : 537 contrôles et 6 premières verbalisations à 135 euros

AU PLI Quelque 240 agents des forces de l’ordre ont été déployés dans l’agglomération de Toulouse pour la première nuit du couvre-feu. Ils ont fait de la pédagogie mais pas que

Hélène Ménal

— 

Un contrôle de gendarmerie à Cugnaux près de Toulouse, dans la nuit du 17 au 18 octobre 2020.
Un contrôle de gendarmerie à Cugnaux près de Toulouse, dans la nuit du 17 au 18 octobre 2020. — F. Scheiber - Sipa

Ils sont six, six vrais réfractaires qui n’ont pu convaincre policiers ou gendarmes que c’était involontairement qu’ils violaient le couvre-feu sanitaire. A Toulouse et dans les 42 communes voisines soumises aux nouvelles restrictions nocturnes, plus de 240 policiers et gendarmes ont été déployés au cours de cette première nuit pour veiller au respect des consignes. Il y a eu 537 contrôles dans l’agglomération, et donc six amendes à 135 euros.

« Le couvre-feu a été plutôt compris et globalement bien respecté, beaucoup de personnes détenaient déjà leurs attestations », indique à 20 Minutes la préfecture qui avait dans un premier temps donné pour mission aux forces de l’ordre de « privilégier la pédagogie ». Certains ont donc échappé au PV, même sans attestation. « Et aucune doléance particulière » n’est remontée de la part des automobilistes sur le fonctionnement du dispositif.

Les autorités vont continuer à privilégier les explications mais vont devenir aussi, au fil des nuits, moins conciliantes.