Attentat à Conflans : « Un acte immonde endeuille notre démocratie », affirme « Charlie Hebdo »

REACTIONS Ce vendredi, un enseignant de Conflans-Sainte-Honorine a été décapité. La raison ? Il avait montré les caricatures du prophète Mahomet parues dans « Charlie Hebdo »

F.H.

— 

Des forces de l'ordre à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, après la décapitation d'un professeur d'histoire-géographie, le 16 octobre 2020.
Des forces de l'ordre à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, après la décapitation d'un professeur d'histoire-géographie, le 16 octobre 2020. — AFP

L’hebdomadaire Charlie Hebdo a réagi sur Twitter au meurtre par décapitation d’un professeur d’histoire-géographie par un jeune homme de 18 ans, ce vendredi. L’enseignant du collègue Bois d’Aulne à Conflans-Sainte-Honorine (dans les  Yvelines) avait montré à ses élèves les caricatures du prophète Mahomet lors d’un cours sur la liberté d’expression.

L’hebdomadaire satirique a apporté son « plus vif soutien à sa famille, à ses proches ainsi qu’à tous les enseignants » dans une série de tweets. Charlie Hebdo a fait part de son « sentiment d’horreur et de révolte ». Le journal a qualifié ce meurtre d'« acte immonde [qui] endeuille notre démocratie mais doit nous rendre plus combatifs que jamais pour défendre notre Liberté. »

Sur le réseau social, des internautes utilisent le hashtag #ToujoursCharlie pour rendre hommage à l’enseignant assassiné pour avoir republié les caricatures du prophète Mahomet. Dans une allocution devant le collège où enseignait le professeur, Emmanuel Macron a déclaré : « Notre compatriote a été victime d’un attentat terroriste caractérisé ».