Manque d’ordinateurs, souci d’accès au Web… Pourquoi les établissements scolaires rament encore sur le numérique

EDUCATION Une étude du Cnesco parue ce jeudi montre les inégalités qui existent entre les établissements en ce qui concerne l’équipement numérique

Delphine Bancaud

— 

Rentrée scolaire dans un lycée de Villemomble, en Seine-Saint-Denis, le 3 septembre 2020 (illustration)
Rentrée scolaire dans un lycée de Villemomble, en Seine-Saint-Denis, le 3 septembre 2020 (illustration) — ISA HARSIN/SIPA
  • Une étude du Cnesco (Centre national d’étude des systèmes scolaires) parue ce jeudi montre que les établissements scolaires français manquent de matériel informatique et ont souvent aussi des problèmes d’accès à Internet.
  • Ce qui explique que l’usage du numérique dans la classe au quotidien ne soit pas très développé en France.

La France n’a pas vécu de révolution du numérique dans l’école. Et le confinement a encore souligné la nécessité pour les enseignants, comme pour les élèves, d'être à l'aise avec les outils numériques pour exploiter les opportunités pédagogiques qu’ils proposent.

Oui mais voilà, pour booster les compétences numériques des élèves et inciter les profs à exploiter ces différents outils dans leurs cours, encore faut-il que les établissements scolaires disposent de l’équipement numérique adéquat. Or, malgré les plans numériques successifs annoncés par les locataires de la rue de Grenelle et les annonces fracassantes de certaines collectivités territoriales sur le sujet, force est de constater que l’école française n’est pas la mieux dotée en ordinateurs. C’est ce que souligne une étude du Cnesco (Centre national d’étude des systèmes scolaires) parue ce jeudi.

Un ordinateur pour 12,5 élèves en primaire

« L’équipement numérique scolaire est marqué par de fortes inégalités », constate Nathalie Mons, responsable du Cnesco. Selon leur niveau, tous les établissements ne sont pas logés à la même enseigne. Et l’école primaire française est le parent pauvre de l’équipement numérique avec en moyenne un ordinateur pour 12,5 élèves. Sachant qu’au niveau européen, on compte huit élèves par poste informatique, en moyenne. Plus grave encore : les 20 % des écoliers scolarisés dans les écoles les moins bien équipées en matériel informatique sont en moyenne neuf fois plus nombreux par poste informatique (32,9 élèves par poste).

Au collège, les choses s’arrangent un peu. Car on compte un poste informatique pour 4,5 élèves, en moyenne. Quand les lycées en disposent d’un pour 3,4 élèves. Mais dans le secondaire aussi, les disparités entre les établissements sont criantes. Car dans les collèges les moins bien dotés (qui scolarisent un élève sur cinq), les élèves disposent d’un poste pour neuf élèves. Et les lycées les moins bien équipés en numérique disposent d’un terminal informatique pour 5,8 élèves. Assez pour faire des travaux en groupes, mais pas pour effectuer des travaux individuels.

« Les niveaux d’équipement sont souvent associés à la richesse des communes »

La fracture numérique est aussi une fracture territoriale. Car les écoles les moins bien équipées se concentrent dans certains territoires : les Outre-mer, certaines grandes agglomérations (Marseille, Lyon, Strasbourg…), la petite couronne parisienne, (notamment les communes de Seine-Saint-Denis). « Les niveaux d’équipement sont souvent associés à la richesse des communes. Car ce sont les communes dont les populations sont les plus pauvres et qui présentent un potentiel fiscal limité, qui investissent le moins dans le matériel informatique », observe Nathalie Mons. Hormis pour les grandes villes, où le manque de matériel informatique s’expliquerait plus par d’autres priorités d’investissement.

Mais le comble, c’est que quand les ordinateurs sont présents dans les établissements, ils ne sont pas toujours accessibles. « Car ils sont enfermés dans une salle informatique qui n’est pas ouverte tout le temps », souligne Nathalie Mons. Et le fait que ces ordinateurs ne soient pas portables ne simplifie pas la tâche. Exemple dans les lycées, où seulement 9 % des ordinateurs sont portables.

Seulement 22 % des écoles reliées à la fibre

Outre l’équipement, c’est aussi parfois la connexion haut débit qui pêche dans les établissements. Si 70 % des lycées sont connectés à la fibre, 48 % des collèges le sont et seulement 22 % des écoles. « Les écoles rurales sont par exemple, bien équipées en ordinateurs, mais 14 % d’entre elles sont connectées à la fibre », constate Nathalie Mons.

Cerise sur le gâteau : On ne capte pas Internet partout dans un établissement scolaire ! Seuls 36 % des collèges et lycées disposent d’une connexion Internet ​ accessible aux élèves et aux personnels sur l’ensemble de l’établissement. Dans 22 % des établissements du second degré, aucune connexion Internet n’est accessible aux élèves, ni dans les espaces de travail, ni dans les espaces de vie.

Et ce sous-équipement numérique rend bien évidemment les usages du numérique limités. Car seuls 14 % des enseignants du primaire et 36 % au collège déclarent faire utiliser au quotidien des outils numériques à leurs élèves. Ce qui amène le Cnesco à recommander au gouvernement et aux collectivités locales « de s’inscrire dans une logique du renouvellement des équipements ». Mais pas en investissant à l’aveugle. « Il faut partir des besoins des équipes pédagogiques pour évaluer le matériel informatique à acquérir », indique Nathalie Mons. Car rien ne sert d’équiper les élèves de tablettes comme on l’a vu dans certaines villes, si les enseignants ne savent pas quoi en faire après…