Dordogne : Amputé d’un tibia, il lance une cagnotte pour adapter son logement

SOLIDARITE Un couple de Périgourdins a lancé une cagnotte en ligne pour adapter son logement au handicap d’Olivier, amputé du tibia droit il y a trois ans et demi

Elsa Provenzano

— 

Olivier et ses deux petites filles devant sa maison en Dordogne.
Olivier et ses deux petites filles devant sa maison en Dordogne. — Laurence Pruvot

En 2017, Olivier Pasquon, 51 ans aujourd’hui, est victime d’un accident du travail dans l’usine de fabrication de panneaux où il est employé. « J’ai eu le pied écrasé par un chariot, raconte ce père de deux enfants. J’ai subi deux amputations coup sur coup, sur le tibia droit ». Lui et sa compagne ont acheté une maison à Ginestet, en Dordogne cinq mois avant l’accident. Grâce aux aides de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) et de l’agence nationale pour l’habitat (Anah), ils font des travaux dans leur salle de bains, mais il en reste beaucoup pour que la maison soit adaptée au handicap d’Olivier Pasquon. Le couple a décidé de lancer une cagnotte en ligne pour l’aider à réaliser les travaux les plus urgents.

Des aménagements urgents à réaliser

Il n’y a pas encore eu de décision juridique dans l’affaire qui oppose le quinquagénaire à son employeur. Et, trois ans et demi après l’accident, Olivier ne peut pas porter sa prothèse plus de deux heures dans la journée. Il doit se déplacer en fauteuil roulant mais à son domicile ses mouvements sont restreints par des marches et des encadrements de portes non adaptés. « On a un cellier auquel je ne peux pas accéder et pour aller sur la véranda il y a un seuil de huit centimètres environ, donc des fois je me retrouve par terre », relate-t-il. Il ne peut pas non plus atteindre sa voiture puisque sa cour extérieure est composée de graviers. « Avant j’étais pompier volontaire et j’aidais les autres, se souvient-il. Maintenant c’est moi qui ai besoin d’aide. »