Coronavirus à Marseille : Le secteur de l’événementiel s’enchaîne au Vieux-Port pour pousser un cri d’alarme

CRISE Annulations en cascade, chiffre d’affaires en chute libre, les acteurs de l’événementiel appellent à l’Etat à leur faire confiance

20 Minutes avec AFP

— 

Au moins 200 personnes, chacune avec une pancarte représentant un des métiers de la filière, étaient réunies, chacune reliée à bonne distance sanitaire par une chaîne.
Au moins 200 personnes, chacune avec une pancarte représentant un des métiers de la filière, étaient réunies, chacune reliée à bonne distance sanitaire par une chaîne. — AFP

Le secteur de l’événementiel, du loueur de mobilier au propriétaire de salles de congrès, s’est enchaîné symboliquement sur le Vieux-Port à Marseille mardi, pour mettre en scène ses difficultés face à la crise liée au Covid-19.

« Je suis électricien.ne », « je suis assistant.e réalisateur », « je suis chargé.e de mission » : au moins 200 personnes, chacune avec une pancarte représentant un des métiers de la filière, étaient réunies, chacune reliée à bonne distance sanitaire par une chaîne.

« Ça montre la chaîne de partenaires, que derrière une salle de congrès, il y a du monde », raconte dans son costume chic Benoît Vincent, directeur du World Trade Center de Marseille (centre de congrès et réunion), qui manifestait pour la première fois de sa vie mardi, comme beaucoup d’autres sur le Vieux-Port.

« Faites-nous confiance »

« On demande de la visibilité. Pour que nos clients puissent passer commande, il faut qu’ils sachent ce qu’ils vont pouvoir faire », poursuit Lionel Maurin, directeur commercial du groupe Mona Lisa (hôtels et résidences de tourisme).

« Faites-nous confiance », plaident les organisateurs car « rien n’empêche légalement de se réunir au dessous d’une jauge de 1.000 personnes ».

Et pourtant, tous témoignent d’annulations en cascade et d’un chiffre d’affaires en chute libre de 70 à 80 % par rapport à l’automne dernier.

« C’est l’incompréhension, pourquoi tout s’arrête ? La complication, s’adapter, c’est notre métier », plaide Maxime Trolliet, prestataire technique et loueur de mobilier.

« Prenez commande pour 2021, notre secteur repose sur des échéances à six-neuf mois. Là, nos carnets de commande sont vides », poursuit Emmanuelle Emran Antoniotti, spécialiste de la communication et de l’événementiel.

Aix-en-Provence et Marseille ont été les premières villes en France métropolitaine à être placées fin septembre en zone d’alerte maximale face à la propagation du Covid-19. Depuis, les bars sont fermés, les événements festifs et familiaux sont interdits, ainsi que l’accueil du public notamment dans les lieux d’exposition type foire ou salons.

Mais des événements similaires sont organisables dans le reste du département. Et partout dans le département, la jauge est limitée à 1.000 personnes à condition d’un protocole sanitaire strict.