Coronavirus à Lyon : Contaminations, nouvelles restrictions dans la métropole… Que retenir des annonces du préfet ?

EPIDEMIE Le préfet du Rhône a fait le point ce vendredi sur la forte hausse des contaminations au COVID-19 observée depuis 48 heures et les nouvelles mesures qui découlent de l'alerte maximale

Elisa Frisullo

— 

Le port du masque est obligatoire à Lyon dans toute la ville en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus.
Le port du masque est obligatoire à Lyon dans toute la ville en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus. — E. Frisullo / 20 Minutes
  • La situation sanitaire, qui se stabilisait à Lyon selon plusieurs indicateurs, s’est brusquement compliquée avec une hausse des contaminations au Covid observée depuis deux jours selon les autorités.
  • Cela justifie pleinement selon elles le passage de la ville en zone rouge écarlate et la mise en place de nouvelles mesures restrictives.
  • Parmi elles, les bars vont fermer dès 22 heures ce vendredi soir, comme d’autres lieux accueillant du public.

La situation, qui montrait plusieurs signaux de stabilisation dans la métropole de Lyon, s’est compliquée au cours de ces deux derniers jours, justifiant, selon les autorités lyonnaises, le passage de la ville en zone d’alerte maximale au coronavirus. Au lendemain des annonces du ministre de la Santé Olivier Véran, plaçant la métropole de Lyon, mais aussi Lille, Saint-Etienne et Grenoble en rouge écarlate, la préfecture du Rhône a fait le point ce vendredi sur la situation sanitaire et les mesures restrictives qui vont entrer en vigueur dans les prochaines heures dans la métropole. Ce qu’il faut retenir.

Des contaminations en forte hausse depuis 48 heures

Alors que plusieurs signaux étaient en phase de stabilisation à Lyon ces quinze derniers jours (réanimation, hospitalisations, passages aux urgences, Samu) selon les dernières données des Hospices civils de Lyon et des autorités sanitaires, la situation s’est brusquement aggravée dans la métropole. C’est en substance ce qui ressort des dernières informations délivrées ce vendredi par l’ARS. « Jusqu’à la semaine dernière, nous avions une stabilité voire une baisse, et depuis le début de début de la semaine, cela a augmenté doucement et depuis deux jours, nous avons une augmentation considérable du nombre de contaminations, souligne Jean-Yves Grall, le directeur général de l’ARS Auvergne Rhône-Alpes. Dans la métropole, le taux d’incidence du Covid est passé de 240 cas pour 100.000 habitants la semaine passée, à 245 en milieu de semaine et à 290/100.000 ce jeudi ».

Ce que craignent les autorités et ce qui justifie, selon elles, le placement de l’agglomération en rouge écarlate, c’est que cette hausse des nouveaux cas se traduise par en engorgement des services hospitaliers, dont 31 % des lits de réanimation sont occupés par des cas Covid dans la région, selon l’ARS. « Le délai entre la contamination et l’aggravation de la maladie est de dix à quinze jours. On peut s’attendre dans ce délai-là à une très forte hausse des hospitalisations pour motifs Covid », a justifié le directeur régional.

Un plan blanc de niveau 1 dans les hôpitaux

Pour anticiper une telle situation et éviter une saturation des établissements hospitaliers, le plan blanc de niveau 1 va être activé aux Hospices civils de Lyon pour organiser la déprogrammation des activités non urgentes, non effective à ce jour, dès la semaine prochaine. « Nous voulons anticiper une mise sous tension d’un système fortement fatigué, avec des personnels très fatigués. Il faut qu’on les préserve. Une déprogrammation effective et organisée dans les établissements de 25 à 30 % serait utile », selon le directeur de l’ARS qui doit planifier les détails du plan avec la direction du CHU de Lyon et des autres établissements hospitaliers de la zone.

Les débits de boissons à l’arrêt

Face à cette situation sanitaire et comme on s’y attendait, dès ce vendredi soir 22 heures, les bars, cafés, péniches et salons de thés, en somme tous les débits de boissons de la métropole, devront fermer pour deux semaines minimum, a indiqué le préfet du Rhône Pascal Mailhos. Les contrôles de police seront renforcés pour s’assurer du respect des nouvelles mesures. « Elles sont contraignantes mais nécessaires pour nous protéger collectivement et éviter un reconfinement », a-t-il plaidé. Les restaurants resteront ouverts avec un renfort des règles imposées jusque-là. Six personnes maximum doivent être accueillies à table, un espace d’un mètre doit être respecté entre les tables et chaises de groupes différents et un cahier de rappel doit être mis en place. En clair, chaque convive doit laisser ses coordonnées pour être averti en cas de Covid déclaré par un autre client le jour de sa venue.

Le casse-tête des autres lieux accueillant du public

Selon le préfet, « les foires, salons, expos, casinos, salle de jeux, salle des fêtes et salles polyvalentes » vont également devoir fermer dès samedi. Mais les musées restent ouverts en respectant une jauge très abaissée. Les centres commerciaux aussi peuvent encore accueillir du public avec une « jauge limitée de 4m2 par client, hors personnel », précise le préfet. Pour les événements culturels et sportifs, ils sont maintenus dès lors que moins de 1.000 sont accueillies et peuvent être assises. Le Festival Lumière, qui commence samedi à Lyon, peut dans ce cadre-là, se tenir, avec des jauges limitées pour certains rendez-vous. Pour les stades, parc d’attractions ou zoos, il est possible d’accueillir la moitié de la jauge habituelle, avec un plafond de leur capacité d’accueil fixé à 1.000 personnes.

Quinze jours minimum

Toutes ces nouvelles mesures, dont certaines subtilités sont parfois bien compliquées à comprendre pour le public et les acteurs économiques concernés, s’ajoutent à celles déjà en place dans la métropole, à l’instar de la fermeture des salles de sport ou du port obligatoire du masque dans la rue. Elles sont en vigueur pour quinze jours minimum, le temps d’évaluer leurs effets sur la situation sanitaire.