Tempête Alex : Deux ans après des inondations meurtrières, Trèbes se mobilise pour les Alpes-Maritimes

RENVOI D'ASCENSEUR En octobre 2018, Trèbes avait été frappée par des inondations meurtrières et avait reçu l'appui des Alpes-Maritimes. A présent, c’est au tour de la cité audoise de venir en aide aux sinistrés de la tempête Alex

N.S.

— 

Un sauveteur et son chien après les crues meurtrières à Roquebillière, dans les Alpes-Maritimes, le 6 octobre 2020.
Un sauveteur et son chien après les crues meurtrières à Roquebillière, dans les Alpes-Maritimes, le 6 octobre 2020. — Daniel Cole / AP / Sipa

Depuis lundi, la ville de Trèbes se mobilise pour les sinistrés des Alpes-Maritimes. L’accueil de la mairie récupère des chèques des habitants de la petite ville audoise au profit des victimes des crues dévastatrices. La cité proche de Carcassonne se sent particulièrement solidaire, comme l’explique un communiqué sur le site de la municipalité.

Le texte rappelle « l’appui décisif de la Force 06, équipe basée dans les Alpes-Maritimes et dédiée aux opérations post-inondations », lors des intempéries qui avaient dévasté Trèbes et les alentours, le 15 octobre 2018…. « Un lien fort s’était tissé avec ce bataillon, qui avait passé plus de quatre semaines sur notre ville il y a deux ans », poursuit le document. Une vingtaine de membres de la Force 06 était venue prêter main-forte aux secouristes locaux.

Le maire Eric Ménassi a contacté le président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes, Charles-Ange Ginésy, pour voir comment sa commune pouvait renvoyer l’ascenseur.

Une subvention de 10.000 euros

« J’ai dit au président que nous étions un peu limités dans nos moyens d’action, indique l’élu audois à L'Indépendant. C’est alors que nous avons convenu d’une subvention exceptionnelle de 10.000 € qui sera votée ce jeudi par le conseil municipal. Mais il y a aussi de très nombreux habitants du village qui ont téléphoné à la mairie pour demander ce qu’ils pouvaient faire. »

D’où le choix de déposer une urne à la mairie pour collecter les dons, plutôt que des vêtements et des denrées alimentaires, qui « ont déjà afflué de toute part », selon la municipalité.