Mort de Victorine : « On a besoin de toi », la marche blanche en l’honneur de la jeune fille rassemble des milliers de personnes

HOMMAGE Plus de 5.000 personnes, amis et anonymes, ont participé ce dimanche à Villefontaine à la marche blanche organisée en hommage à Victorine, retrouvée morte deux jours après sa disparition

Elisa Frisullo

— 

La famille de Victorine lors de l'hommage rendu ce dimanche 4 octobre 2020 à la jeune fille de 18 ans tuée à Villefontaine, en Isère. Lancer le diaporama
La famille de Victorine lors de l'hommage rendu ce dimanche 4 octobre 2020 à la jeune fille de 18 ans tuée à Villefontaine, en Isère. — E. Frisullo / 20 Minutes
  • Une marche blanche en mémoire de Victorine, retrouvée morte à Villefontaine, a rassemblé des milliers de personnes ce dimanche.
  • Les proches de la jeune fille, suivis par la foule, ont marché entre le stade de la prairie et le quartier des Fougères, un chemin que l’étudiante s’apprêtait à faire pour rentrer chez elle lorsqu’elle a disparu le 26 septembre.

Les bras serrés autour de la cage, la sœur de Victorine regarde la croix en bois, devant laquelle des milliers de fleurs s’amoncellent déjà. Quelques instants plus tard, sa mère tend les mains vers le ciel pour laisser la colombe libérée s’envoler, en mémoire de sa plus jeune fille, sous les applaudissements de la foule émue. Ce dimanche après-midi, plus de 5.000 personnes ont participé à la marche blanche organisée à Villefontaine (Isère) en hommage à Victorine, cette étudiante de 18 ans, tuée par noyade et retrouvée morte lundi matin.

Réunis derrière une large banderole sur laquelle était inscrit « Victorine repose en paix, nous finissons ton trajet ensemble », les parents, le frère et les deux sœurs de Victorine ont quitté le stade de la prairie, où la jeune fille a passé son dernier appel avant de disparaître, pour rejoindre le quartier des Fougères où la famille habite. Derrière eux, des amis de la famille, de Victorine et de nombreux anonymes, masqués et vêtus de blanc, ont suivi leur pas dans le silence.

« On a besoin de toi »

A l’arrivée de la foule dans le quartier résidentiel qui domine Villefontaine, son frère a pris la parole. « Victorine, on a besoin de toi, de ton rire, de te faire des câlins au petit-déjeuner. Garde-nous une place là-haut (…) Veille sur toutes ces femmes qui rentrent seules. Je t’aime ma soeur», a-t-il déclaré au micro, en retenant ses sanglots. Puis les proches de l’étudiante en BTS se sont étreints et ont remercié « du plus profond de leur cœur » par la voix de leur avocate Kelly Monteiro, tous ceux qui se sont déplacés pour rendre hommage à Victorine. Parmi eux, Muriel est venue avec sa fille de 16 ans. Elle ne connaissait pas la jeune fille. « Mais je suis maman, je suis venue soutenir ses proches. Nous devons tous nous sentir concernés quand de telles horreurs arrivent », confie-t-elle avec émotion.

« Cela aurait pu être ma sœur ou moi »

Un peu plus loin dans la foule, Mehdi serre la main de sa femme, Nour. « J’ai déjà croisé Victorine, ce n’est pas bien grand Villefontaine. Aux Fougères, on connaît la famille. Je suis heureuse qu’il y ait autant de monde pour elle et pour montrer qu’on n’acceptera jamais ça. Noyer une gamine, vous vous rendez compte ? », souligne-t-elle.

Dans la commune, depuis que la jeune fille a disparu et a été retrouvée morte dans le ruisseau de Turitin, situé près du stade de la prairie, l’affaire est présente dans bon nombre d’esprits. Car l’enquête pour « enlèvement, séquestration et meurtre » est loin d’avoir livré toutes les réponses. « Celui ou ceux qui ont fait ça courent toujours. Forcément, on y pense quand on rentre seule et qu’il fait déjà nuit. Ça pourrait recommencer, s’inquiète une jeune fille, qui est venue rendre hommage à Victorine une bougie à la main. Cela aurait pu être ma sœur ou moi. Je ne me suis même pas posé la question, je devais être là ».