Un senior sur deux se trouverait en difficulté financière

ARGENT Les plus de 70 ans ne sont pas prêts à se séparer de leur patrimoine immobilier pour mieux vivre au quotidien

20 Minutes avec agence

— 

Un retraité, illustration
Un retraité, illustration — Pixabay

Près de la moitié des seniors (49 %) déclarent avoir des difficultés financières, selon une enquête commandée par Monetivia à OpinionWay. L’institut de sondage a interrogé un panel de plus de 1.000 personnes au-delà de 70 ans.

Parmi ceux qui se déclarent en difficulté, 31 % précisent qu’en cumulant leur patrimoine et leurs revenus, le total est insuffisant pour se faire plaisir, rapporte Le Parisien. 34 % des personnes interrogées se disent inquiètes pour l’avenir et 35 % savent déjà qu’elles n’auront rien à léguer à leurs enfants. Cette enquête nous apprend également qu’un senior sur 10 (12 %) estime ne pas vivre dignement.

Les femmes davantage touchées

Dans le détail, les personnes qui disposent de revenus de 2.000 à 3.000 € par mois sont 39 % à montrer une inquiétude vis-à-vis de l’avenir. Ils sont deux tiers dans le même cas, parmi ceux qui disposent de moins de 2.000 € par mois. Les femmes sont davantage touchées par l’impression de fragilité. Elles sont 40 % à craindre l’avenir, contre 24 % pour les hommes.

Les propriétaires constituent 81 % du panel interrogé par OpinionWay, qui leur a demandé s’ils comptaient vendre leur patrimoine immobilier pour mieux vivre au quotidien. 34 % seulement sont prêts à envisager de le faire. « Ceux qui ont des enfants sont plus hésitants. Sur le viager, ils redoutent, en cas de décès à court terme, de brader l’héritage des enfants », précise Thomas Abinal, cofondateur de Monetivia, société spécialisée en solutions immobilières pour les seniors.

Toutefois, 19 % des personnes interrogées sont prêtes à vendre leur résidence principale pour en acheter une plus petite, 18 % pensent au viager, 12 % envisagent de louer une partie de leur logement à un étudiant ou jeune travailleur, mais 9 % sont prêts à emprunter, même s’ils doivent mettre leur logement comme garantie de paiement.