Coronavirus : Visites en Ehpad, sport en salles… Le point sur ce que l'on peut faire ou pas

EPIDEMIE De nouvelles mesures restrictives vont être mises en place à partir de samedi et de lundi

Manon Aublanc

— 

Port du masque dans les bars et restaurants (Illustration)
Port du masque dans les bars et restaurants (Illustration) — UGO AMEZ/SIPA
  • L’épidémie de coronavirus connaît un rebond depuis plusieurs semaines, avec 16.096 nouveaux cas de contamination et 52 décès supplémentaires ces dernières 24 heures, selon les chiffres de Santé Publique France, publiés jeudi soir.
  • Olivier Véran, le ministre de la Santé a annoncé, ce mercredi soir, de nouvelles mesures de restrictions en fonction des villes et des départements.
  • Les départements sont désormais classés en trois niveaux  : zone d’alerte, zone d’alerte renforcée et zone d’alerte maximale.

Entre les annonces d’Olivier Véran, mercredi soir, et celles de Jean Castex, jeudi soir, difficile de s’y retrouver entre les interdictions, les limitations ou les autorisations en vigueur ces prochaines semaines. Une nouvelle carte divise désormais la France en trois zones : zone d’alerte, zone d’alerte renforcée et zone d’alerte maximale. Dans chacune d’entre elles, des mesures restrictives vont être mises en place à partir de samedi et de lundi. Pourra-t-on aller au restaurant ? Aurai-je le droit d’inviter plus de dix personnes chez moi ? Pourrai-je me rendre à ma salle de sport ? 20 Minutes fait le point.

Comment sont réparties les trois zones ?

La « zone d’alerte » où « le virus circule nettement » concerne 69 départements. Il s’agit du premier pallier. Juste après viennent les « zones d’alerte renforcée », où le virus « circule très fortement ». Ce niveau concerne 11 villes et métropoles : Paris et sa petite couronne, Grenoble, Lille, Montpellier, Rennes, Rouen, Saint-Etienne, Toulouse, Bordeaux, Lyon et Nice. Enfin, le dernier stade, le plus inquiétant, est les « zones d’alerte maximale », soit la Guadeloupe et la métropole d’Aix-Marseille.

Mais alors comment passe-t-on d’un niveau à un autre ? En fonction de trois paramètres, a expliqué le ministre de la Santé Olivier Véran lors de sa conférence de presse : le taux d’incidence du virus en général, le taux d’incidence du virus chez les personnes âgées et le nombre de patients admis chaque jour dans les services de réanimation.

Les bars et les restaurants vont-ils tous fermer ?

La règle est plutôt claire. Dans les « zones d’alerte maximale », soit la Guadeloupe et la métropole d’Aix-Marseille, les bars et les restaurants doivent tous fermer à partir de samedi, et ce, pour au moins quinze jours.

Dans les « zones d’alerte renforcée », les préfets vont décider départements par départements d’une heure de fermeture pour les bars, qui ne pourra pas dépasser 22 heures. Ces nouveaux horaires seront annoncés ce week-end et mis en place dès lundi. Autrement dit, au plus tard, les bars fermeront à 22 heures, mais ils devront peut-être baisser le rideau plus tôt dans la soirée.

Concernant les restaurants des « zones d’alerte renforcée », ils ne sont pas concernés par ces restrictions d’horaires. « Pour les restaurants, la situation est différente, on voit moins de gens debout. C’est pourquoi nous privilégions les mesures concernant les seuls bars dans les zones en alerte renforcée, notamment Paris », a justifié Olivier Véran.

Qu’en est-il des rassemblements en extérieur ?

Pour les rassemblements en extérieur dans l’espace public, sur les plages, dans les parcs et les jardins, pas de distinction entre les « zones d’alerte renforcée » et les « zones d’alerte maximale ». Les rassemblements de plus de dix personnes y seront interdits à partir de lundi. Dans les « zones d’alerte », ce sera 30 personnes maximum.

Quid des grands évènements ?

Dans les « zones d’alerte renforcée » et les « zones d’alerte maximale », les grands rassemblements, durant lesquels le protocole sanitaire peut être respecté, sont désormais limités à 1.000 personnes, contre 5.000 auparavant. C’est d’ailleurs le cas pour Roland-Garros, qui débute dimanche et dont la jauge a été abaissée à 1.000 personnes.

Quant aux grands évènements durant lesquels les mesures sanitaires ne peuvent pas être mises en place, tels que « les fêtes locales ou les fêtes étudiantes », ils sont tout simplement interdits.

Peut-on toujours faire du sport ?

Si nous n’avons pas encore toutes les réponses à cette question, voilà ce que l’on peut d’ores et déjà vous dire : dans les « zones d’alerte renforcée » et les « zones d’alerte maximale », les salles de sport et les gymnases vont être tout simplement fermés. Autrement, dit il faudra faire sport en extérieur. Jeudi soir, sur France 2, Jean Castex a également précisé que, dans ces zones-là, les piscines couvertes pourront fermer leurs portes, la décision étant laissée aux autorités locales. Les piscines en plein air resteront donc, elles, ouvertes (on ne va pas se cacher que c’est plus vraiment la saison).

Petite précision, les gymnases et les piscines pourront rester ouverts aux mineurs qui pratiquent le sport en clubs et en associations, a fait savoir vendredi le ministère des Sports. Les équipements seront aussi ouverts aux sportifs de haut niveau et aux étudiants STAPS.

Côté culture, peut-on aller au cinéma, au théâtre ou au musée ?

Oui, les cinémas, les théâtres les musées restent ouverts dans toutes les zones, avec des mesures sanitaires strictes, dont le port du masque obligatoire et le respect de la distanciation sociale.

Comment ça se passe pour les fêtes privées, mariages et enterrements ?

Dans les départements classés en « zone d’alerte », dès samedi, tous ces événements, mais également les évènements associatifs restent autorisés mais limités à 30 personnes maximum. Dans les « zones d’alerte renforcée » et les « zones d’alerte maximale », les salles des fêtes et les salles polyvalentes vont fermer, mais les rassemblements familiaux privés, restent possibles, mais limités à 10 personnes. Concernant les enterrements, « quelle que soit la zone concernée, nous avons pris en Conseil de défense la décision qu’ils ne seront pas concernés par une restriction ou une interdiction. A nouveau, je ne peux que vous inviter à la plus grande des vigilances », a cependant martelé Olivier Véran.

Peut-on aller voir nos aînés dans les Ehpad ?

Peu importe la zone, vous pourrez toujours continuer à vous rendre dans les Ehpad. En revanche, dans les « zones d’alerte renforcée » et les « zones d’alerte maximale », les visites seront possibles uniquement sur rendez-vous. A noter que chaque établissement peut aussi décider de ses propres restrictions.

Se rendre physiquement sur son lieu de travail est-il autorisé ?

Là encore, rien ne change. Se rendre à son bureau n’est pas interdit, quelle que soit la zone où vous vous trouvez, mais le télétravail reste fortement recommandé, particulièrement dans les « zones d’alerte renforcée » et les « zones d’alerte maximale ».