Coronavirus en Occitanie : Après une semaine de grève, les salariés des laboratoires Biofusion retournent à leurs écouvillons

FATIGUE Le personnel de ce laboratoire de biologie médicale a obtenu une revalorisation salariale liée au surcroît de travail provoqué par l’intensification des dépistages du Covid-19

20 Minutes avec AFP

— 

Un laborantin gréviste de Biofusion à Montauban, le 15 septembre 2020.
Un laborantin gréviste de Biofusion à Montauban, le 15 septembre 2020. — Lionel Bonaventure - AFP

Ils ont décroché 1.500 euros de prime Covid, au lieu des 1.000 euros proposés par leur direction, et une augmentation de salaire de 3 %. Les personnels des 20 laboratoires du groupe de biologie médicale Biofusion – implanté dans la Haute-Garonne, le Tarn-et-Garonne et le Lot – ont repris le chemin de leurs paillasses après une semaine de grève.

Tandis que Christophe Couderc, secrétaire départemental de la CGT du Tarn-et-Garonne, se félicite des « avancées obtenues », Biofusion indique ce mercredi sur son site que « tous les drives de dépistage Covid sont à nouveau ouverts et opérationnels ». La direction avait elle-même publiquement reconnu durant le conflit que ses salariés étaient « malmenés par le surcroît de travail ».

Pas pris en compte dans le Ségur de la santé

Cette mobilisation était inédite dans les laboratoires de biologie médicale depuis la montée en puissance des tests virologiques (PCR), dont le nombre dépasse désormais le million par semaine d’après le ministre de la Santé Olivier Véran.

François Blanchecotte, le président du Syndicat des biologistes (SDB) avait tiré la sonnette d’alarme dès le début du mois de septembre, rappelant que les salariés des laboratoires privés n’avaient rien obtenu du Ségur de la santé.