Marseille : Un bateau de sauvetage d’une ONG en route avec 125 migrants

SAUVETAGE Le bateau « Alan Kurdi », de l’ONG allemande Sea-Eye, annonce dans un communiqué faire route vers Marseille avec 125 migrants à bord

A.M et M.C. avec AFP

— 

Le navire humanitaire de l'ONG Sea-Eye a été rebaptisé « Alan Kurdi ».
Le navire humanitaire de l'ONG Sea-Eye a été rebaptisé « Alan Kurdi ». — Cati Cladera/EFE/SIPA
  • Le Alan Kurdi de l’ONG allemande Sea-Eye a décidé de faire route vers Marseille avec 125 migrants à bord.
  • Le navire n’a pas pu rejoindre les côtes italiennes.
  • Cette demande s’est faite sans en informer les autorités. La ville de Marseille se dit prête à accueillir le bateau dans le port de Marseille, propriété de l’Etat.

Le bateau Alan Kurdi de l’ONG allemande Sea-Eye, qui a sauvé 125 migrants en mer samedi, fait route depuis mardi soir vers le port de Marseille après avoir vu ses tentatives de rejoindre les côtes italiennes échouer, a annoncé l’ONG mercredi dans un communiqué.

« L’inaction des autorités italiennes et allemandes nous contraint à cette mesure », a assuré le dirigeant de l’ONG, Gorden Isler, dans un communiqué. Le navire a donc mis le cap sur Marseille où il devait « comme prévu se rendre pour procéder à un changement d’équipage et se préparer à une nouvelle intervention » en Méditerranée orientale.

Un bébé de cinq mois évacué

Mardi matin, les gardes-côtes italiens avaient évacué deux femmes, un homme et cinq enfants, dont un bébé de 5 mois, a indiqué Sea-Eye, qui ajoute sur Twitter que 125 personnes se trouvent encore à l’heure actuelle à bord.

Sea-Eye explique que jusqu’à mardi soir, « aucun poste de commandement des opérations de sauvetage européen n’a pris en charge la coordination pour les gens sauvés qui se trouvent sur le Alan Kurdi », les Italiens renvoyant notamment sur l’Allemagne, pays d’origine de l’ONG.

La France « va prendre sa part »

«Le bateau doit être accueilli dans le port le plus sûr, le plus proche pour permettre le débarquement, c'est cette règle que nous allons continuer à appliquer avec nos partenaires européens», a rappelé de son côté Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement à l'issue du Conseil des ministres.

Répétant la position officielle de la France, qui signifierait dans ce cas que le port le plus sûr n'est pas en France, M. Attal a cependant ajouté que «depuis le début de la crise migratoire, la France ne s'est jamais dérobée à ses responsabilités concernant l'accueil de personnes en détresse qui peuvent se présenter aux frontières de l'Europe» et qu'elle «va continuer à prendre sa part dans cet accueil».

Marseille prête à accueillir le bateau 

Contactés par 20 Minutes mercredi matin, ni la préfecture des Bouches-du-Rhône ni le port de Marseille ne semblaient être au courant de cette arrivée. De son côté, le port de Marseille affirme n'avoir reçu aucune demande d'escale.

Premier adjoint à la maire de Marseille Michèle Rubirola, le socialiste Benoît Payan se dit « prêts à accueillir » ce navire s'il en fait la demande. La maire de Marseille avaient annoncé fin août être prêts à ouvrir leur port au Louise Michel, un bateau de sauvetage affrété par l’artiste Banksy. La décision revient toutefois à l'Etat français, par ailleurs propriétaire du port de Marseille.