C’est l’heure du BIM : Tribune pour la liberté de la presse, congé paternité allongé et « guerre froide » Chine-USA

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d’information matinal (BIM)

P.B.
— 
Donald Trump le 22 septembre 2020.
Donald Trump le 22 septembre 2020. — Evan Vucci/AP/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

Attentats de janvier 2015 : « Charlie Hebdo » et une centaine de médias lancent un appel pour la liberté d'expression

Journaux, magazines, chaînes de télévision et radios : près d’une centaine de médias publient ce mercredi une lettre ouverte appelant les Français à se mobiliser en faveur de la liberté d’expression, en soutien à Charlie Hebdo qui fait l’objet de nouvelles menaces depuis la republication des caricatures de Mahomet. « A la suite de la republication des caricatures de Mahomet le 2 septembre 2020, Charlie Hebdo est à nouveau menacé par des organisations terroristes. Des menaces qui constituent une véritable provocation en plein procès des attentats de janvier 2015. Des menaces qui vont bien au-delà de Charlie puisqu’elles visent aussi tous les médias et même le Président de la République », déplore Riss, le directeur de Charlie Hebdo.

La durée du congé paternité va être doublée en 2021

Davantage de temps pour prendre son bébé dans ses bras et organiser sa nouvelle vie familiale. Emmanuel Macron doit confirmer ce mercredi l’allongement du congé paternité - annoncé ce mardi soir par l'Elysée - lors d’un déplacement à la Maison de la petite enfance et centre de Protection maternelle et infantile (PMI) de Longjumeau (Essonne). « Sa durée sera doublée », précise l’Elysée. A partir du 1er juillet 2021, elle passera de 11 jours (week-end inclus) actuellement à 25 jours (week-end inclus également). Ils s’ajouteront aux trois jours auxquels ont déjà droit les pères lors de la naissance d’un enfant ou de l’arrivée au foyer d’un enfant adopté. Soit 28 jours pour pouponner, contre 14 jours aujourd’hui (11+3).

A l’ONU, Etats-Unis et Chine s’affrontent dans un climat de « nouvelle Guerre froide »

Le torchon brûle entre les deux plus grandes puissances mondiales. Les Etats-Unis de Donald Trump et la Chine de Xi Jinping se sont vivement affrontés mardi à l’Assemblée générale de l’ONU, illustrant le risque de « nouvelle Guerre froide » qui menace la planète en pleine pandémie. « Les Nations unies doivent tenir la Chine pour responsable de ses actes » au début du Covid-19, a lancé le président américain à l’ouverture de cette grand-messe diplomatique annuelle, virtuelle en raison de la crise sanitaire. Il a accusé la puissance rivale d’avoir laissé le « virus chinois », une formule qui suscite l’ire de Pékin, « infecter le monde ». Xi, lui, a mis en garde contre « le piège d’un choc des civilisations ». Son ambassadeur à l’ONU Zhang Jun s’est ensuite chargé de « rejeter » sèchement les « accusations infondées » de Donald Trump. « Si quelqu’un doit être tenu pour responsable, ce sont les Etats-Unis pour avoir perdu tant de vies avec leur attitude irresponsable. »