Coronavirus en Bretagne: Les rassemblements de plus de dix personnes déconseillés par l'ARS

EPIDEMIE Un nombre important de foyers épidémiques « trouve son origine lors d’événements festifs, conviviaux et familiaux », selon les autorités sanitaires

C.A.

— 

Face à la progression du coronavirus, le port du masque est désormais obligatoire à Rennes.
Face à la progression du coronavirus, le port du masque est désormais obligatoire à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

« De la responsabilité de chacun dépendra l’évolution de l’épidémie ». L’Agence régionale de santé bretonne insiste : l’épidémie de Covid-19 connaît un vrai rebond dans la région et il est nécessaire que la population en soit consciente. Ce mardi, l’ARS a donc lancé un appel solennel aux habitants de la région en les invitant à « limiter les réunions privées de plus de dix personnes ».

D’après les autorités sanitaires, « la circulation du coronavirus s’intensifie en région ». C’est particulièrement le cas à Rennes, où le taux d’incidence est d’environ 150 cas pour 100.000 habitants, soit trois plus que la moyenne régionale. Pour tenter de ralentir la propagation, le port du masque a été rendu obligatoire dans toute la ville et les bars sont contraints de fermer à 23 h.

Des gestes barrières « même dans nos vies personnelles »

Pour l’heure, les rassemblements de plus de dix personnes ne sont pas interdits, comme c’est le cas en Gironde, mais déconseillés. « Les investigations sanitaires soulignent que les contaminations interviennent fréquemment lors de rassemblements entre amis ou en famille, propices à un relâchement des gestes barrières », insiste l’ARS, qui évoque « un nombre important de foyers épidémiques », survenus après des événements festifs.

En Bretagne, le taux d’incidence est en moyenne de 54 cas pour 100.000 habitants et le taux de positivité des tests de 4,2 %. Avec ce message, l’ARS espère convaincre la population de respecter les gestes barrières « la protection la plus efficace contre la propagation du virus » qu’il convient d’adopter « même dans nos vies personnelles ».