Coronavirus à Lyon : Le préfet du Rhône épargne les bars et restaurants qui continueront d'ouvrir normalement, les rencontres sportives quasiment à huis clos

EPIDEMIE Le préfet du Rhône a présenté ce lundi après-midi les nouvelles mesures pour enrayer la propagation du Covid-19

Caroline Girardon

— 

Contrôles de police sur le réseau des transports en commun lyonnais pour vérifier le port du masque obligatoire depuis la fin du mois d'août dans toute la ville.
Contrôles de police sur le réseau des transports en commun lyonnais pour vérifier le port du masque obligatoire depuis la fin du mois d'août dans toute la ville. — Bony / Sipa

Il avait été pointé du doigt la semaine dernière par Olivier Véran, le ministre de la Santé. Le département du Rhône fait partie des zones rouges où le coronavirus circule activement. « Le taux d’incidence a doublé en trois semaines », indique l’ARS, agence régionale de santé. Dans le Rhône, il est aujourd’hui de 182 cas pour 100.000 habitants. Et si l’on regarde les chiffres concernant Lyon et Villeurbanne, la situation est encore plus préoccupante.

Dans la capitale des Gaules, le taux est désormais de 213 cas pour 100.000 habitants. Et de 242 à Villeurbanne. Soit près de cinq fois plus que la côte d’alerte fixée pour classer un département en zone rouge.

Le préfet du Rhône avait jusqu’à samedi pour annoncer de nouvelles mesures visant à limiter la propagation de l’épidémie. Le représentant de l’Etat a donc remis sa copie, présentant ce lundi après-midi les changements à venir.

L’obligation du port du masque étendue à 10 villes de la métropole

Afin de « préserver le tissu économique », il a été décidé à la plus grande surprise de ne pas toucher aux horaires des bars et des restaurants, contrairement aux mesures prises à  Rennes par exemple. Pas de changement mais plus de contrôles, assure Pascal Mailhos. « L’ouverture des établissements accueillant du public n’est pas incompatible avec la lutte contre l’épidémie », poursuit-il, soucieux de ne pas entraver l’activité économique.

Le port du masque obligatoire est, en revanche, renforcé dans toute la métropole de Lyon. Dix villes de plus de 10.000 habitants (en plus de Lyon et Villeurbanne), sont désormais concernées. A Bron, Caluire, Décines, Ecully, Saint-Fons, Saint-Genis-Laval, Tassin-la-demi-lune, Vaulx-en-Velin, Vénissieux et Villefranche-sur-Saône, la mesure sera applicable dès mardi 22 septembre, de 6h à 2h du matin.

Des matchs à huis clos ?

Les rassemblements de 5.000 personnes ne seront plus autorisés. La jauge sera ramenée à 1.000 personnes assises dans les stades, salles de sport et salles de spectacles. Dans cette configuration-là, les équipes du LOU rugby, de l’ASVEL ou de l’Olympique lyonnais devraient quasiment jouer à huis clos. Car si l’on enlève les joueurs eux-mêmes, les staffs, les personnels de sécurité, les officiels, il ne devrait guère y avoir de places restantes pour le public. Interdits également les buvettes aux abords des stades ou des salles de concerts, les brocantes et les vide-greniers.

La Foire de Lyon, prévue du 8 au 12 octobre dans une formule raccourcie et inédite, sera annulée. « Elle ne peut pas tenir (financièrement) à moins de 1.000 visiteurs par jour », répond le préfet du Rhône. En revanche, pas d’indication sur la fête des Lumière, prévue au mois de décembre et qui devrait logiquement être repensée.

Les réunions, qui se tiendront dans le cercle familial, amical ou associatif en public (comme des pique-niques sur les berges du Rhône ou des anniversaires dans un parc), seront limitées à 10 personnes. Ne sont pas concernés tous les événements qui relèvent de la sphère privée tels des mariages ou des repas entre amis à domicile.

Enfin, la vente d’alcool et la consommation sur la voie publique seront interdites de 20h à 6h du matin.