Loire-Atlantique : Le département retire des panneaux de prévention routière sous pression des vignerons

POLEMIQUE Les viticulteurs de Loire-Atlantique n’ont pas apprécié la campagne de prévention associant verre d’alcool et risque d’accident. La collectivité a fait machine arrière

Frédéric Brenon

— 

Des vendanges du muscadet à Clisson (illustration).
Des vendanges du muscadet à Clisson (illustration). — JS Evrard/AFP
  • Le conseil départemental avait commandé 15 panneaux faisant référence aux dangers de l’alcool au volant.
  • Les viticulteurs ont fustigé le visuel au motif qu’il ne représente qu’un seul verre de vin et qu’il stigmatiserait la profession.
  • Les panneaux ont été retirés. Les acteurs de la prévention routière sont furieux.

La décision du conseil départemental de Loire-Atlantique suscite l’indignation des associations de sécurité routière. Plusieurs panneaux véhiculant un message de prévention contre les dangers de l’alcool au volant ont été retirés fin juillet, quelques jours à peine après leur installation, à la demande des viticulteurs du vignoble nantais, rapporte le service communication du département, confirmant une information de L'Hebdo de Sèvre et Maine.

L’ensemble des 15 panneaux commandés (tous n’avaient pas été posés) par la collectivité seront modifiés. En cause : un pictogramme représentant un verre d’alcool associé à un pictogramme d’une voiture effectuant une sortie de route.

« Le visuel pouvait être mal interprété »

Le visuel, qui s’inscrivait dans une campagne globale sensibilisant également aux dangers du téléphone portable et de la vitesse, n’a pas du tout plu aux viticulteurs. Ils lui reprochent une stigmatisation du vin et de laisser croire qu’un seul verre favoriserait les accidents. Leur courroux était d’autant plus vif que l’un des fameux panneaux avait été posé à proximité directe des vignes du muscadet.

Les professionnels, soutenus par la fédération des vins de Nantes, s’en sont émus auprès de la conseillère départementale du secteur, laquelle a fait immédiatement remonter la demande au sommet de l’exécutif départemental. « Nous avons compris leurs remarques, justifie le conseil départemental de Loire-Atlantique, interrogé par 20 Minutes. Le visuel pouvait en effet être mal interprété. Pour nous, il symbolisait le verre de trop. Pour d’autres, il symbolisait la consommation d’un seul verre de vin. Nous ne souhaitions pas stigmatiser une profession. Le déploiement des panneaux a donc aussitôt été suspendu. »

Les 15 supports seront réinstallés dans quelques semaines après l’adoption d’un nouveau visuel, réalisé en concertation avec la profession viticole.

« La collectivité cède face au lobby de l’alcool »

Ce rétropédalage choque la Ligue contre la violence routière. « La collectivité cède face à un lobby local et, plus globalement, face au lobby de l’alcool, déplore Claude Chabot, porte-parole de l’association en Loire-Atlantique. Le panneau n’avait rien de problématique. L’alcool est représenté symboliquement par un verre à pied partout en Europe ! Ce n’est pas la première fois que des viticulteurs se mettent en colère contre des campagnes de ce type. C’est regrettable. La prévention routière devrait être l’affaire de tous. »

La Ligue contre la violence routière, qui promet que « cet épisode ne restera pas sans suite », se dit « surprise car ce conseil départemental avait l’habitude d’aborder sérieusement le sujet de la prévention routière ». En juin 2019, le président socialiste, Philippe Grosvalet, s’était opposé à un assouplissement de la limitation de vitesse à 80 km/h au nom de la Sécurité routière.

Selon L’Hebdo de Sèvre et Maine, les quinze panneaux à modifier auraient coûté 33.000 € à la collectivité.