Grèce : Non, cette photo ne montre pas un migrant tout sourire pendant l’incendie du camp de réfugiés de l’île de Lesbos

FAKE OFF Ce cliché, qui date de plusieurs années, a été déjà été détournée par le passé pour stigmatiser les réfugiés

Fake off 20 Minutes

— 

Illustration
Illustration — Capture d'écran Facebook
  • Un représentant de Génération Nation, le mouvement de jeunesse du Rassemblement national, a partagé une photo avec une légende erronée, ciblant les migrants et migrantes présentes sur le camp de la Moria, qui a pris feu la semaine dernière en Grèce.
  • Ce même cliché avait déjà été utilisé par Nadine Morano en 2016, avec une légende situant les faits à Calais
  • Il s’agit en réalité d’une photo prise dans un camp de migrants incendié en Slovénie en 2015.
  • Pour ce qui concerne le camp de Moria, une enquête est en cours pour déterminer la cause des incendies, mais le gouvernement grec a laissé entendre que les feux auraient été déclenchés volontairement par des demandeurs d’asile souhaitant quitter l’île.

La désinformation a encore frappé. Depuis sa publication sur Facebook vendredi dernier, une photo fait polémique. On y aperçoit un homme tout sourire se prenant en photo devant des tentes, l’une en flamme et la seconde calcinée. A première vue, pas la situation idéale pour prendre un selfie.

Voici pourtant ce que dit la légende : « SCANDALEUX ! Un migrant du camp de la Moria à Lesbos se prend en selfie devant le feu, plus de 20.000 migrants font pression sur cette île grecque pour rejoindre le continent européen en brûlant tout ce qu’ils peuvent trouver. » La légende fait référence à l'incendie qui a réduit en cendres la semaine dernière le camp de Moria, sur l'île grecque de Lesbos, où vivaient plus de 12.000 migrants.

Illustration - Capture d'écran
Illustration - Capture d'écran - Capture d'écran Facebook

L’auteur de la publication, Enzo Alias, est un habitué des posts non sourcés et à charge contre les migrants, notamment. Mais l’homme de 28 ans est surtout engagé en politique : il est délégué national à la mobilisation chez Génération Nation, le mouvement de jeunesse du Rassemblement national.

Sous la photo, visionnée à ce jour plus de 15.000 fois, les commentaires xénophobes et racistes pullulent, certains appelant même au meurtre. Des messages qui pourraient constituer une incitation à la haine raciale.

FAKE OFF

Mais où cette photo a-t-elle été prise ? Une recherche inversée permet de constater que cette photo est bien plus ancienne que l’incendie de Lesbos. Nadine Morano instrumentalisait déjà cette photo en 2016 pour cibler, encore une fois, les migrants.

Bien que les internautes aient, à l’époque, été nombreux à lui faire remarquer que la photo n’avait pas été prise en France, le tweet est toujours en ligne sur le compte de l’eurodéputée LR.

Protestations en… Slovénie

Fin mot de l’histoire, ni Enzo Alias, ni Nadine Morano n’ont publié d’informations fiables. Des journalistes du Monde avaient mené l’enquête au moment de la publication de la photo par l’ancienne ministre. Elle date en réalité de 2015 et a été prise dans le camp de Brezice, en Slovénie. Ses occupants n’avaient alors pas le droit de sortir du site et y étaient maintenus par les autorités.

Selon la BBC, plusieurs tentes avaient été incendiées par des migrants révoltés par la façon dont ils étaient traités. Ils protestaient contre la lenteur du processus d’enregistrement et de déplacement vers la frontière autrichienne, ainsi que du manque de nourriture, d’eau et de couvertures dans le camp.

Pour ce qui concerne le camp de Moria, une enquête est en cours pour déterminer la cause des incendies, mais le gouvernement grec a laissé entendre que les feux auraient été déclenchés volontairement par des demandeurs d’asile souhaitant quitter l’île.