Coronavirus : Marlène Schiappa veut « accélérer » la naturalisation pour les étrangers en « première ligne »

EPIDEMIE Les dossiers de ces personnes pourront voir leur traitement facilité en préfecture, a annoncé le ministère de l'Intérieur

20 Minutes avec AFP

— 

Marlene Schiappa, le 3 septembre 2020 à Paris.
Marlene Schiappa, le 3 septembre 2020 à Paris. — BUFKENS CEDRIC/SIPA

Pendant le confinement, ils étaient les « premiers de corvée », rappelle Marlène Schiappa. La ministre déléguée à la Citoyenneté a donné instruction aux préfets d'« accélérer » et « faciliter » la naturalisation française des ressortissants étrangers qui se sont mobilisés durant l’épidémie de coronavirus.

« Les dossiers d’accès à la nationalité des personnes ayant contribué activement, en première ligne, à la lutte contre la Covid-19, notamment les personnels de santé, pourront voir leur traitement accéléré et facilité », écrit la ministre chargée notamment des questions liées aux réfugiés et à l’intégration dans un télégramme qui doit être envoyé ce mardi aux préfets et que l’AFP a consulté. L’Etat souhaite ainsi « reconnaître l’engagement des personnes qui ont pris une part active dans la lutte contre la Covid-19 », précise le texte, en procédant à « un examen prioritaire et individualisé de ces dossiers ».

Des personnes très exposées

Concrètement, « pour les dossiers de naturalisation (…) la notion de « services rendus importants » pourra être utilisée pour réduire la durée de stage, c’est-à-dire la durée minimale de résidence en France exigée, à deux ans, au lieu de cinq dans le droit commun ». Cette « reconnaissance » était « une priorité » pour Marlène Schiappa, a-t-on expliqué à l’AFP au ministère de l’Intérieur.

« Certaines personnes étrangères se sont mobilisées et se sont particulièrement exposées pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Elles ont activement participé à l’effort national, avec dévouement et courage », écrit-elle encore. Responsable de la section migrations de la CGT, Maryline Poulain a reconnu une « ouverture » mais attendait aussi une instruction sur les régularisations de sans-papiers. Ils ont aussi participé aux « activités essentielles dans les secteurs du nettoyage, l’hôtellerie, la restauration » mais ont été « oubliés ».

En 2019, plus de 112.000 personnes ont acquis la nationalité française, dont plus de 48.000 par naturalisation, une procédure en net recul (-10 %) comparé à l’année précédente.