Coronavirus en Ille-et-Vilaine : Le département en zone rouge, les bars de Rennes contraints de fermer à 23 heures

EPIDEMIE Le classement en zone rouge entraîne des mesures restrictives

Camille Allain

— 

Illustration de verres posés dans un bar.
Illustration de verres posés dans un bar. — C. Allain / 20 Minutes

Vingt-quatre clusters en Bretagne. Vingt-deux rien qu’en Ille-et-Vilaine. Dans le département breton, classé en zone rouge depuis samedi, la circulation du virus est de plus en plus préoccupante. Avec un taux de positivité qui a explosé, dépassant même les 11 % chez les 16-25 ans, Rennes fait figure de mauvais élève. Lundi, la préfète du département Michèle Kirry n’a pas eu d’autre choix que de prendre un nouvel arrêté contraignant. L’objectif ? Tenter de limiter la propagation de l’épidémie de Covid-19. Principale victime ? Les bars de Rennes, qui devront désormais fermer leurs portes à 23 heures jusqu’au 30 septembre au moins.

L’apparition de 43 cas positifs dans les rangs de l’université Rennes 1 n’est sans doute pas étrangère à cette décision. D’après les enquêtes menées par la CPAM et l’Agence régionale de santé, la plupart des cas positifs ont fréquenté des établissements de nuit ces derniers jours, faisant craindre une importante diffusion du virus. « Chacun est appelé à la responsabilité dans le respect des gestes barrières et du port du masque », rappelle la préfecture.

Plus de 650 nouveaux cas positifs enregistrés en Bretagne

Les établissements recevant du public en statique comme les cinémas ou salles de spectacle sont dans l’obligation de laisser une distance minimale d’un siège entre les sièges occupés par chaque personne ou chaque groupe de moins de 10 personnes venant ensemble.

Les derniers chiffres publiés par les autorités sanitaires le confirment. En 72 heures, 656 nouveaux cas positifs ont été enregistrés en Bretagne. L’intensification du dépistage peut expliquer une partie de cette hausse mais le constat semble désormais se traduire dans les hôpitaux. En trois jours, vingt nouveaux patients ont été hospitalisés dans la région (ils sont 110 au total), dont un en réanimation.