Coronavirus à Strasbourg : Le tribunal administratif demande encore à la préfète de revoir sa copie sur le port du masque

SANTE La préfète a jusqu'à vendredi pour définir des périmètres précis où le masque sera obligatoire

Thibaut Gagnepain

— 

Des visiteurs portant  un masque à Strasbourg.
Des visiteurs portant un masque à Strasbourg. — CHINE NOUVELLE/SIPA

C’est reparti pour un tour ! Ce lundi après-midi, le tribunal administratif de Strasbourg a une nouvelle fois enjoint la préfète du Bas-Rhin à réécrire son arrêté sur le port obligatoire du masque à Strasbourg. Josiane Chevalier a désormais jusqu’à vendredi midi pour rendre une nouvelle copie.

Selon l’ordonnance rendue, elle devra identifier « dans les quartiers strasbourgeois, qui ne sont pas caractérisés par une grande densité ou une forte fréquentation, les zones précises dans lesquels le port du masque serait indispensable pour protéger la santé de ceux qui les fréquentent au vu de la densité de population rendant impossible toute distanciation physique suffisante pour limiter la propagation du Covid-19. »

Des plaignants pas « anti-masques »

« On est évidemment satisfait de cette décision qui va dans le sens de nos demandes », réagit auprès de 20 Minutes Me Marc Jantkowiak, qui représentait 21 plaignants ce matin à l'audience. Ces « 21 citoyens strasbourgeois » reprochaient à la préfecture de ne pas avoir suivi la décision du Conseil d'Etat du dimanche 6 septembre. « Au lieu de définir des quartiers et des zones précises dans la ville où le port du masque serait obligatoire, elle l’avait imposé partout. Alors que les densités de population ne sont pas les mêmes selon les endroits », résume l’avocat.

De fait, les plaignants, qui refusent l’étiquette « d’anti-masques » pointaient des atteintes graves à la liberté fondamentale de circuler et au non-respect de la vie privée. Le tribunal administratif leur a, d’une certaine manière, donné raison.

Comme début septembre, Josiane Chevalier a maintenant un peu plus de trois jours pour corriger son arrêté.