La maîtresse de l'écolier mort après avoir mangé une crêpe est jugée pour « homicide involontaire »

PROCES L’institutrice de l’enfant, qui était décédé en avril 2018, doit comparaître mardi devant le tribunal correctionnel de Villefranche-sur-Saône, au nord de Lyon

E.F. avec AFP

— 

Le 2 mai 2016 à Villefranche-sur-Saône. Illustration du palais de justice de Villefranche, dans le Beaujolais dans le Rhône.
Le 2 mai 2016 à Villefranche-sur-Saône. Illustration du palais de justice de Villefranche, dans le Beaujolais dans le Rhône. — J.Laugier / 20 Minutes
  • Le 29 mars 2018, Jahden, 6 ans, était mort après avoir une crêpe à l’école en dépit de son allergie aux produits laitiers.
  • Sa maîtresse, qui connaissait l’allergie mais lui a quand même donné deux crêpes lors d’une fête de carnaval, est jugée mardi pour « homicide involontaire » près de Lyon.

Au printemps 2018, la mort de Jahden avait suscité une vive émotion et avait donné lieu à une forte médiatisation. Deux ans et demi après le décès de cet enfant de 6 ans, son enseignante comparaît mardi pour homicide involontaire devant le tribunal correctionnel de Villefranche-sur-Saône, vers Lyon, pour lui avoir donné une crêpe malgré son allergie connue aux produits lactés.

Le 29 mars 2018 en fin d’après-midi, le garçon de six ans, scolarisé en grande section de maternelle dans une école de Limas, avait fait un choc anaphylactique fatal alors qu’il rentrait chez lui avec sa mère. L’établissement fêtait le carnaval ce jour-là et des crêpes – contenant du lait – avaient été préparées pour les enfants.

La victime, dont l’allergie avait fait l’objet d’un projet d’accueil individualisé (PAI), un document écrit spécifiant les troubles de la santé d’un élève, ses éventuels besoins thérapeutiques et les consignes à suivre en cas de problème, n’aurait pas dû en manger.

L’institutrice, âgée d’une cinquantaine d’années, lui en a pourtant donné deux. « Elle lui a demandé s’il pouvait manger des crêpes. Il a dit : "oui, j’en mange à la maison", sauf que c’était des crêpes à l’eau », précise son avocat, Me Frédéric Lalliard. « Elle lui en a donné deux petites. Il en réclamé d’autres ; elle a refusé », ajoute-t-il.

La maîtresse savait pour l'allergie de l'enfant

« Ce qui est reproché à la mise en cause, c’est d’avoir été au courant de l’allergie et de l’existence d’un PAI qui spécifiait la conduite à suivre en cas de symptômes, avec administration d’une piqûre et appel au Samu », relève le procureur de la République, Sylvain Cordesse.

« Est-ce qu’elle était pleinement informée, éclairée ? C’est là-dessus que portera le débat et c’est sur quoi le tribunal devra se prononcer », ajoute le magistrat, qui avait requis le renvoi de l’institutrice devant le tribunal correctionnel. Pour la défense, le PAI n’alertait pas suffisamment sur les dangers encourus par la victime.

Suspendue six mois

« Ma cliente sait aujourd’hui qu’elle n’aurait jamais dû lui donner ne serait-ce que deux crêpes. Le Code pénal parle de “négligence”, pour moi, sa faute relève plutôt du manque de vigilance et elle devra être largement atténuée car on est dans des circonstances où l’on demande à une maîtresse de devenir médecin », estime Me Lalliard.

L’avocate de la mère de l’enfant, partie civile, n’a pas pu être jointe avant le procès. La prévenue a déjà fait l’objet d’une sanction disciplinaire – six mois de suspension – et occupe depuis un poste administratif au sein du rectorat. Après ce drame, la ministre de la Santé de l’époque, Agnès Buzyn, avait souhaité que les écoles soient équipées en stylos d’injection d’adrénaline pour pouvoir réagir en cas d’allergie violente.

Cette mesure est toujours à l’étude mais il n’y a « rien d’acté », selon une porte-parole de l’académie de Lyon.