VIDEO. Agressions de pompiers : A Nantes, une affiche choc sur les camions pour dénoncer la situation

SENSIBILISATION Depuis quelques jours, une campagne de sensibilisation s'affiche sur les ambulances des pompiers nantais

Julie Urbach
— 
A Nantes, une campagne de sensibilisation contre les agressions de pompiers — 20 Minutes
  • En 2019, les sapeurs-pompiers de Loire-Atlantique ont recensé une centaine d’agressions à leur encontre.
  • En relookant leurs camions, ils souhaitent « sensibiliser les gens » sur leur quotidien en intervention, de plus en plus difficile.

« Tous les trois jours, un pompier est agressé par quelqu’un qu’il vient secourir. » Voilà le message choc que l’on peut lire sur certains camions de pompiers à Nantes et ailleurs en Loire-Atlantique. Depuis quelques jours, neuf de ces ambulances ont changé de look afin de « sensibiliser les gens » sur le quotidien de plus en plus difficile de ces soldats du feu. Sur un des flancs du véhicule, une immense affiche représentant un sapeur-pompier derrière une vitre brisée a été collée. A terme, la totalité des 120 véhicules porteront cet habillage.

« Nous voulons expliquer à la population les conditions dans lesquelles nous intervenons, indique le colonel Michel Tellanger, directeur départemental adjoint du Sdis 44. Il y a de plus en plus d’agressivité de la part des victimes que nous venons secourir, surtout lorsqu’elles sont alcoolisées. Les agressions verbales et physiques font partie de notre quotidien, en milieu rural ou urbain. Mais parfois c’est plus grave, avec des personnes qui sortent un cutter, un couteau, ou nous menacent avec une arme à feu. » Selon le Sdis 44, une centaine d’agressions ont été recensées en 2019, alors qu’on en comptabilisait 17 en 2017 et 48 en 2018. Et malgré le confinement, la tendance n’est pas la baisse en 2020.

« Vestes anti-lacérations »

En plus de lancer cette campagne de sensibilisation, le Sdis 44 mise sur les équipements pour améliorer le quotidien de ses hommes et ses femmes. Sécurité des casernes renforcée, films sur les vitres des véhicules en cas de caillassage… Les personnels bénéficient également d’un nouveau dispositif, appelé « vestes anti-lacérations ». « Nous sommes les seuls en France à les expérimenter, se félicite Michel Tellanger. Il s’agit de protection à trois couches de tissu qui permettent de se protéger contre les coups de cutter… »

La quinzaine de caméras piétons, utilisées depuis près d’un an, donnent aussi satisfaction dans la mesure où elles peuvent aider à la résolution de certaines affaires. « Nous avons transmis les images à la police judiciaire à cinq reprises en 2020 », explique-t-on au service communication du Sdis 44. Depuis janvier, quatre personnes ont été condamnées pour des violences sur des sapeurs pompiers, deux ont écopé de peines de prison ferme.

Des « traumatismes »

Des réponses judiciaires attendues par de nombreux pompiers, chez qui certaines agressions peuvent provoquer des « traumatismes ». « J’ai déjà subi des caillassages, et d’autres agressions de formes variées, raconte le sergent-chef Vincent. Un jour, on intervenait pour un feu de végétation, la personne a sorti un couteau de cuisine et s’est précipitée vers nous, il a fallu que l’on se réfugie dans notre véhicule… Une autre fois, c’est une personne qui était en possession d’une arme à feu, heureusement démilitarisée, ce que nous ne pouvions pas savoir… »

L’homme avoue éprouver un fort sentiment d’incompréhension et de méfiance. « Notre mission c’est de porter assistance. Notre engagement perd de son sens lorsque l’on est victime de ce type d’agressions… », déplore-t-il.