Militaires tués au Mali : « Le fanatisme aveugle et mortifère » fustigé par Florence Parly lors d’un hommage à Tarbes

ARMEE La ministre des Armées était présente ce mercredi à Tarbes pour un hommage aux deux soldats tués samedi au Mali par une bombe artisanale

B.C. avec AFP

— 

Florence Parly, la ministre des Armées.
Florence Parly, la ministre des Armées. — Mathieu Pattier/SIPA

Samedi, deux militaires de la force française au Sahel « Barkhane » étaient tués Mali par une bombe artisanale dans la région de Tessalit, au Mali. Ce mercredi, un hommage leur était rendu lors d’une cérémonie organisée dans l’enceinte du 1er régiment de hussards parachutistes à  Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées.

La ministre des Armées, Florence Parly, y participait. « La visite d’une des écoles que vous protégiez s’achevait lorsque vous avez été attaqués. Votre mission s’est heurtée à l’ignorance et à la haine », a insisté la ministre des Armées. Avant d’enchaîner : « Vous avez dédié votre vie au triomphe des valeurs de la France ». Et de fustiger « le fanatisme aveugle et mortifère » des djihadistes qu’ils combattaient.

Emue, Florence Parly s’est recueillie devant les cercueils recouverts du drapeau tricolore du brigadier-chef de première classe S.T., et du hussard parachutiste de première classe Arnaud Volpe.

Selon l’état-major, 45 soldats français sont morts au combat dans le cadre des opérations « Serval », lancée en 2013, et « Barkhane », depuis août 2014, qui compte quelque 5.000 militaires.