C’est l’heure du BIM : Darmanin soutient les éleveurs de chevaux, clash Trump-Biden et Roland-Garros sans Ashleigh Barty

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d'information matinal (BIM)

X.M.

— 

Un élevage de chevaux à Plailly, le 7 septembre 2020.
Un élevage de chevaux à Plailly, le 7 septembre 2020. — Thomas Samson/AP/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

Gérald Darmanin monte au créneau dans l’affaire des chevaux mutilés

Alors qu’un suspect a été interpellé dans le Haut-Rhin, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin est venu apporter lundi soir son soutien aux éleveurs. Lors d’un déplacement au nord de Paris dans la commune rurale de Plailly (Oise), il a pris part, avec le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, à une réunion avec des responsables locaux et des propriétaires et gérants d’écurie dont les chevaux ont été victimes de sévices. « Nous sommes extrêmement choqués par ces actes ignobles qui sont commis. Il y a aujourd’hui 153 enquêtes qui sont ouvertes partout en France dans plus de la moitié des départements de France », a déclaré le ministre de l’Intérieur.

« Stupide » contre « lâche », le ton monte entre Donald Trump et Joe Biden

Donald Trump et Joe Biden ont mis un coup sur l’accélérateur, lundi, échangeant des invectives à moins de deux mois du scrutin présidentiel du 3 novembre. Le candidat démocrate, sa colistière Kamala Harris et le bras droit de Donald Trump, Mike Pence, se sont rendus dans deux Etats appelés à jouer un rôle-clé : le Wisconsin et la Pennsylvanie. Donald Trump a pour sa part convoqué par surprise une conférence de presse à la Maison-Blanche. Le but était de vilipender son adversaire : « Biden veut livrer notre pays au virus, il veut livrer nos familles aux violentes hordes d’extrême gauche, et il veut livrer nos emplois à la Chine ». Le candidat démocrate a lui aussi choisi d’attaquer Trump sur la crise sanitaire. Selon lui, le président « a été trop lâche pour s’attaquer au Covid ».

La tenante du titre Ashleigh Barty renonce à Roland-Garros

Ashleigh Barty ne viendra pas sur la terre battue parisienne pour défendre son titre. La numéro un mondiale de tennis a annoncé ce mardi qu’elle renonçait à disputer le tournoi de Roland-Garros en raison de la pandémie de coronavirus. La décision n’est pas complètement une surprise. La joueuse ne participe déjà pas en ce moment, et pour les mêmes raisons, à l’US Open. Le tournoi, exceptionnellement reprogrammé du 27 septembre au 11 octobre, doit accueillir un nombre réduit de spectateurs. Les joueurs devront obligatoirement loger dans deux hôtels qui leur seront réservés en quasi-exclusivité.