Ascoval : La figure de la lutte syndicale soupçonnée d’avoir détourné plus de 500.000 euros

ENQUETE L’ancien trésorier du comité d’entreprise d’Ascoval, à Saint-Saulve dans le Nord, est visé par une enquête pour abus de confiance

G.D.
— 
Bruno Kopczynski, ancien porte-parole de l'intersyndical d'Ascoval à Saint-Saulve, dans le Nord.
Bruno Kopczynski, ancien porte-parole de l'intersyndical d'Ascoval à Saint-Saulve, dans le Nord. — Jacques Witt / SIPA
  • L’ancien porte-parole de l’intersyndical chez Ascoval, à Saint-Saulve, dans le Nord, est soupçonné d’avoir détourné plus de 500.000 euros du comité d’entreprise.
  • Une enquête pour abus de confiance a été ouverte et confiée à la police judiciaire.
  • L’aciérie de Saint-Saulve vient d’être officiellement reprise par la société Liberty Steel.

Il était la figure du combat pour l’emploi chez Ascoval. L’ancien porte-parole de l’intersyndical, Bruno Kopczynski est aujourd’hui soupçonné d’avoir détourné plus de 500.000 euros du comité d’entreprise, rapporte La Voix du Nord.

Ex-trésorier de ce comité d’entreprise, pendant trois ans, à l’usine métallurgique de Saint-Saulve, dans le Nord, il a aussi été convoqué en août par la direction pour un entretien préalable au licenciement.

Changement aux élections professionnelles

Dans un courrier auquel le journal régional a eu accès, la direction le soupçonne d’avoir détourné environ 520.000 euros « au profit de sa société », une boîte d’événementiel baptisée ESO-Prod, qui a récemment mis la clé sous la porte.

L’affaire a commencé en novembre 2019 avec les élections professionnelles au sein d’Ascoval. La CFDT, syndical auquel Bruno Kopczynski appartenait, était battue par la CGT. Les nouveaux représentants se sont alors interrogés sur des irrégularités constatées sur les comptes du comité d’entreprise. Les soupçons étaient suffisants pour que la direction désigne un expert, chargé de vérifier les bilans comptables entre 2017 et 2019.

Sur la base du rapport rendu par l’expert-comptable, une plainte pour abus de confiance avait été déposée auprès du procureur de Lille, le 30 juin. Contacté par 20 Minutes, le ministère public souligne avoir confié l’enquête à la Direction interrégionale de la police judiciaire.

Procédure disciplinaire

Parallèlement à ce volet judiciaire, une procédure disciplinaire a été ouverte par la direction d’Ascoval à l’encontre de Bruno Kopczynski. Contacté par 20 Minutes, ce dernier, également adjoint au maire à Hergnies, près de Valenciennes, n’a pas donné suite. Tout comme d’autres représentants du personnel.

Pendant trois ans, entre 2016 et 2019, les salariés de l’aciérie Ascoval de Saint-Saulve ont été plongés dans une procédure douloureuse après l’annonce de la vente du site par le propriétaire Vallourec. Après de nombreux rebondissements, la reprise du site, ainsi que celui d’Hayange, en Moselle, a fini par être validée par le gouvernement, en août.