Coronavirus : La Britanny Ferries ferme encore des lignes à cause de la quarantaine britannique

TRANSPORT MARITIME La compagnie maritime bretonne subit de plein fouet les conséquences de l'épidémie de coronavirus. 

J.G. avec AFP

— 

Illustration de navires de la Britanny Ferries.
Illustration de navires de la Britanny Ferries. — DAMIEN MEYER / AFP

« Réduire ses coûts d’exploitation » et « assurer sa survie à long terme ». Voilà les raisons qui viennent de pousser la compagnie Britanny Ferries à fermer, jusqu’à nouvel ordre, de nouvelles lignes entre la France et l’Angleterre. La compagnie maritime est frappée de plein fouet par la crise du coronavirus avec une baisse significative des réservations pour l’automne et une saison estivale particulièrement difficile. Les lignes reliant Cherbourg à Portsmouth et Le Havre à Portsmouth seront ainsi fermées à compter du 7 septembre, précise la compagnie dont 87 % des passagers sont Britanniques.

Le 19 août, elle avait déjà indiqué réduire le nombre de ses traversées entre la France et l’Angleterre du fait de la mise en place par le Royaume-Uni d'une quarantaine pour les voyageurs venant de l’Hexagone. Elle avait annoncé la fermeture de la ligne Saint-Malo/Portsmouth à compter du 7 septembre et celle entre Roscoff et Plymouth, le 31 août. La ligne Cherbourg/Poole fermée depuis fin mars le restera pour le reste de l’année, précise Brittany Ferries, assurant que la plus fréquentée, celle reliant Caen à Portsmouth, ne sera pas concernée en septembre et octobre.

Une partie du personnel mise au chômage partiel

« A court terme, ces mesures se traduisent, malheureusement, par la mise au chômage partiel d’une partie du personnel navigant », indique la compagnie, qui emploie entre 2.400 et 3.100 salariés. « Les réservations pour la saison 2021 sont déjà très encourageantes », note-t-elle toutefois.

Plusieurs élus et parlementaires bretons ont appelé l’État à « sauver » la compagnie, qui a transporté 200.000 passagers en juillet et août contre 780.000 un an plus tôt. En plus des mesures d’urgence prises pour réduire les coûts, Brittany Ferries en appelle à l’État pour la soutenir avec notamment un aménagement des échéances et du terme du PGE.