Dealers à Grenoble : Le rappeur à l’origine du clip a été placé en garde à vue

ENQUETE L’artiste, qui prétend que la drogue et les armes sont fausses, a été placé en garde à vue ce mercredi matin

C.G.

— 

Des patrouilles de police renforcées la nuit dans le quartier du Mistral.
Des patrouilles de police renforcées la nuit dans le quartier du Mistral. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

« Corbak Hood », le rappeur grenoblois qui est à l’origine du clip de rap mettant en scène des hommes armés et des trafiquants de drogue, a été arrêté ce mercredi matin à 8h30 par les policiers de la PJ puis placé en garde à vue. L’information, délivrée par le préfet de l’Isère à plusieurs médias locaux, a été confirmée par le parquet de Grenoble.

Lundi, l’artiste de 16 ans expliquait que tout était factice dans ce clip : les armes et la drogue. Mais les enquêteurs de la police judiciaire cherchent désormais à savoir si les images initiales qui ont fait polémique ont été tournées aux seules fins de ce clip ou si celui-ci a été tourné a posteriori pour désamorcer l’affaire.

Vrai clip ou prétexte ?

« Il s’agit en effet de savoir qui a fabriqué ces vidéos, ce qu’il en est de la nature exacte des armes et de la drogue exposées et des liens entre les vidéastes et les trafiquants de stupéfiants du quartier », expliquait lundi Eric Vaillant, le procureur de la République de Grenoble après les révélations du rappeur. Toujours est-il que les faits de provocation à l’usage illicite ou au trafic de stupéfiants et port d’armes prohibé ainsi que les faits de provocation au crime, qui lui sont actuellement reprochés, sont passibles de 5 et 7 ans d’emprisonnement.

Le 26 août, deux vidéos montrant des hommes armés étaient rapidement devenues virales sur les réseaux sociaux, au point de choquer les autorités. Gérard Darmanin, ministre de l’Intérieur avait illico presto ordonné une opération de police dans le quartier du Mistral et demandé l’intensification de la présence policière.