Rennes : Des cours non genrées pour plus d’égalité et de mixité à la récré

EDUCATION Deux écoles rennaises et trois collèges d’Ille-et-Vilaine ont réaménagé leurs cours pour laisser plus d’espace aux filles

Jérôme Gicquel

— 

A l'école Ille à Rennes, le terrain de foot a été déplacé pour laisser place à des jeux mixtes au milieu de la cour de récréation.
A l'école Ille à Rennes, le terrain de foot a été déplacé pour laisser place à des jeux mixtes au milieu de la cour de récréation. — J. Gicquel / 20 Minutes
  • A Rennes, deux écoles sont dotées d’une cour de récréation non genrée en cette rentrée.
  • Dans ces cours, la conception de l’espace a été retravaillée afin d’assurer un meilleur partage entre filles et garçons.
  • Des jeux mixtes ont également été installés au milieu de la cour et le terrain de football déplacé sur le côté.

Une cour de récréation totalement réaménagée pour la rentrée. Voilà la surprise qui attendait ce mardi matin les élèves des groupes scolaires Ille et Champion de Cicé à Rennes. En la découvrant, il est fort possible que certains garçons aient tiqué en voyant que le terrain de football avait été déplacé sur le côté. Il s’agit là d’un des aménagements réalisés cet été pour faire de ces deux cours des espaces non genrés. « L’espace récréatif ne peut plus se résumer à un grand terrain de foot bitumé avec les garçons qui jouent au milieu et les filles qui jouent autour, cette époque est révolue », estime la maire Nathalie Appéré.

Suivant l’exemple de villes comme Trappes ou Grenoble, la capitale bretonne s’est ainsi engagée en cette rentrée « à lutter contre les stéréotypes de genre ». Et le combat commence dès la cour de récré, un espace où les filles sont souvent mises de côté et reléguées sur les côtés. Pour y remédier, c’est toute la conception de l’espace qui a été retravaillée de manière à assurer un meilleur partage entre les garçons et les filles.

Du végétal pour modifier les usages dans la cour

A la place du terrain de foot, sur la zone dite active, des jeux mixtes et choisis par les enfants ont ainsi pris place au milieu de la cour. Des espaces végétalisés ont également été plantés et des bancs installés. Un moyen pour la ville de lutter contre les effets du réchauffement climatique en créant des îlots de fraîcheur. Mais aussi de faire évoluer les usages dans la cour en offrant aux élèves des espaces plus propices à la détente ou à l’exploration.

« On n’enlève pas un espace de jeu en végétalisant les cours, ces zones font au contraire partie du parcours proposé aux élèves », indique Bruno Laperche de la direction des jardins et de la biodiversité à la ville de Rennes. Le terrain de foot n’a pas non plus disparu de la cour. Mais il prend désormais moins de place et s’adapte à d’autres jeux collectifs grâce à un filet qui a été installé.

« La cour doit être un lieu de rencontre »

Rennes n’est pas la seule collectivité à se pencher sur ces questions de mixité et d’égalité à la récré. En Ille-et-Vilaine, trois nouveaux collèges (Bréal-sous-Montfort, Laillé et Guipry-Messac) viennent ainsi d’ouvrir leurs portes en cette rentrée. Et tous les trois ont dès leur conception adopter le principe d’une cour de récréation non genrée. « La cour ne doit plus être perçue comme un espace où les garçons se défoulent et les filles discutent entre elles sur un banc », souligne Armelle Billard, conseillère départementale déléguée à l’égalité. « Elle doit au contraire être un lieu de rencontre où ils apprennent à vivre ensemble, estime l’élue. C’est d’autant plus important que les relations se tendent souvent à l’adolescence entre les filles et les garçons ».

A terme, ce sont toutes les écoles rennaises et tous les nouveaux collèges du département qui adopteront cette nouvelle conception des cours de récréation. « Cela ne résoudra pas tout, prévient Armelle Billard. Mais cela contribue tout de même à renforcer l’égalité entre les femmes et les hommes ».