Lyon : Pour sa première rentrée, le maire Grégory Doucet déploie ses premières mesures écologiques dans les écoles

RENTREE SCOLAIRE La piétonisation des abords des écoles a débuté à Lyon pour cette rentrée scolaire, comme le nouveau maire s’y était engagé durant la campgane des municipales

Elisa Frisullo

— 

Le maire de Lyon Grégory Doucet le 1er septembre 2020 lors de la rentrée des classes.
Le maire de Lyon Grégory Doucet le 1er septembre 2020 lors de la rentrée des classes. — E. Frisullo / 20 Minutes
  • Pour sa première rentrée, le nouveau maire de Lyon a présenté les grandes lignes de son programme pour les écoles. Un plan d’actions résolument écolo.
  • Parmi elles, la piétonisation des abords des écoles a commencé et la végétalisation des cours de récré devrait suivre dans les prochains mois.

Des rues bloquées pour les automobilistes mais libérées pour les écoliers. Pour sa première rentrée scolaire en tant que maire de Lyon, l’écologiste Grégory Doucet a commencé à déployer certaines de ses mesures pour les écoles promises durant la campagne des Municipales. « On parle beaucoup de crise sanitaire et du Covid en cette rentrée. Mais je ne voudrais pas qu’on oublie qu’aujourd’hui, c’est une nouvelle année scolaire », a lancé le maire soucieux d’engager la ville dans une nouvelle ère.

« Je veux faire de Lyon la ville des enfants, c’est-à-dire une ville conçue à hauteur d’enfant, une ville aménagée pour qu’ils puissent s’y épanouir », a ajouté Grégory Doucet, accueilli mardi matin pour la rentrée à l’école Combe Blanche, dans le 8e arrondissement. C’est dans cet objectif que ces derniers jours, des barrières amovibles ont fleuri aux abords de certains groupes scolaires, interdisant désormais la circulation sur plusieurs axes, à la grande surprise des automobilistes.

« Nous avons voulu montrer à quoi pouvait ressembler une première étape de piétonisation », a souligné le maire de Lyon. C’est notamment le cas à l’école Doisneau dans le 1er ou encore à proximité du groupe scolaire Gilbert Dru dans le 7e arrondissement. « Ces travaux urgents ont pour objectif d’apaiser la ville, de reconquérir l’espace public et de répondre aux défis environnementaux et climatiques de plus long terme », précise la municipalité, dont le programme écologiste pour les écoles ne s’arrête évidemment pas là.

Casser du bitume dans les cours de récré

Sur tout le mandat, les abords des 206 écoles de la ville doivent être piétonnisés. Et les cours des établissements scolaires seront végétalisées afin de créer des zones d’ombrage et de fraîcheur, tant recherchés lors des épisodes caniculaires.

Une vingtaine d’écoles devrait en bénéficier dès cette année. « Des arbres y seront plantés à l’automne et cet hiver », détaille Grégory Doucet. Dans bien des cas, il s’agira de casser du bitume pour verdir. Pour cette première phase, la priorité a été donnée aux établissements, connus pour être les plus exposés à la chaleur l’été, très peu végétalisés et pour lesquels des travaux de rénovation étaient d’ores et déjà prévus. Cette liste sera étayée au fil des ans par la municipalité, qui prévoit aussi d’équiper les cours en jeux d’eau et brumisateurs.

Des cours non genrées

A l’instar de ce qui se fait déjà à Rennes ou Grenoble, des cours non genrées sont également à l’étude dans le cadre de ces travaux de végétalisation. « Nous allons travailler sur l’occupation de l’espace par les enfants en nous appuyant sur des expérimentations menées dans des écoles », détaille l’adjointe à l’éducation, Stéphanie Leger, soucieuse de créer des lieux permettant un mélange des filles et des garçons. L’objectif affiché est simple. « Il s’agit de voir comment organiser l’espace pour qu’il ne soit plus occupé au centre par les garçons jouant à la balle avec, autour de la cour, les filles qui discutent, et tendre vers des activités pour tous et une occupation égale du lieu », ajoute l’adjointe.

Ces aménagements, comme la piétonisation, doivent faire l’objet d’un chiffrage financier par la mairie dans les prochaines semaines.