Coronavirus à Lyon : Le port du masque devient obligatoire dans toute la ville ainsi qu’à Villeurbanne

SANTE Le préfet du Rhône vient d'annoncer l'extension du port du masque obligatoire à partir du 1er septembre, dans toutes les rues de Lyon et de Villeurbanne

Caroline Girardon avec J.Lau

— 

Photo d'illustration du port du masque sur un marché de Lyon, en mai dernier. KONRAD K./SIPA
Photo d'illustration du port du masque sur un marché de Lyon, en mai dernier. KONRAD K./SIPA — KONRAD K./SIPA

Après notamment Paris, Marseille et Strasbourg, les Lyonnais vont devoir se plier à partir de mardi à l’obligation de porter le masque dans toutes les rues de la ville, et non plus seulement en Presqu’île ou autres quartiers, particulièrement fréquentés en journée et le soir. Le préfet du Rhône Pascal Mailhos vient en effet d’annoncer ce lundi cette extension du port du masque, dans tout Lyon mais aussi Villeurbanne.

Dès le 1er septembre, la seule dérogation concerne comme ailleurs les cyclistes et les joggeurs. « C’est une contrainte raisonnable que nous devons accepter pendant un temps », estime Pascal Mailhos pour justifier une décision prise dans un contexte de recrudescence du nombre de cas touchés par le Covid-19 dans le département, classé rouge depuis quatre jours.

Progressivité de l’épidémie

« Le 30 juillet, le taux d’incidence était de 10 cas pour 100.000 habitants à Lyon. Il est désormais de 93. Et 137 à Villeurbanne, détaille Jean-Yves Grall, directeur général de l’ARS, agence régionale de santé. Cela témoigne de la progressivité de l’épidémie ». Et d’ajouter que le nombre de patients en réanimation dans les hospices civils de Lyon était passé de 3 à 11 en une semaine. « Il nous faut être vigilant pour éviter un possible deuxième confinement, qu’il soit partiel ou général », appuie-t-il, appelant au respect absolu des gestes barrière.

« Les mesures, déjà mises en place, n’ont pas suffi », convient le préfet du Rhône annonçant par ailleurs que les contrôles seront renforcés dans les établissements accueillant du public. « On constate malheureusement que tous ne respectent pas les mesures de distanciation. Une fois passé le temps du dialogue, nous serons plus fermes », prévient-il, brandissant la menace de fermetures administratives pour « les plus récalcitrants », qui continueraient de faire fi des règles malgré les avertissements.

« La police introduira du discernement »

Doit-on s’attendre à une pluie de verbalisation ? « La police introduira du discernement. L’objectif est d’assurer que ce masque est porté lorsque les risques sont les plus importants. Si une personne est seule dans une rue, il n’y aura pas lieu de la verbaliser. Il s’agira surtout d’être pédagogue dans un premier temps », répond Pascal Mailhos.

Dans les autres communes du département, en revanche, pas de port de masques obligatoire. Il sera simplement exigé dans un rayon de 50 mètres autour des écoles, des gares, stations de transports en commun et arrêts de bus.