Coronavirus en Gironde : L’obligation du port du masque sur les marchés et autour des écoles élargie à tout le département

Covid-19 La préfecture renforce l’obligation du port du masque en Gironde, alors que le taux de positivité atteint 6,5 %

Mickaël Bosredon
— 
Le port du masque est déjà obligatoire rue Sainte-Catherine à Bordeaux
Le port du masque est déjà obligatoire rue Sainte-Catherine à Bordeaux — UGO AMEZ/SIPA
  • On recense désormais 34 clusters en Nouvelle-Aquitaine, dont 24 en Gironde.
  • Dans un département classé rouge, l’obligation du port du masque sur les marchés et autour des écoles est étendu à l’ensemble du territoire.
  • « Les indices d’hospitalisation augmenteront à un moment donné, c’est évident » prévient le directeur de l’ARS.

L’obligation du port du masque gagne encore du terrain. Les deux arrêtés pris samedi dernier par la préfecture, portant sur l’obligation du port du masque sur les marchés ouverts et à moins de 50 m des établissements scolaires sur le territoire de Bordeaux métropole, sont étendus à l’ensemble du département de la Gironde, a annoncé ce lundi la préfète Fabienne Buccio. L’obligation autour des établissements scolaires entre en vigueur du lundi au samedi midi. Parallèlement, le port du masque est obligatoire dans tout le centre de Bordeaux depuis ce lundi.

« L’épidémie est en expansion dans notre région, et si on a le sentiment que les choses sont moins graves, ce n’est pas que le virus a changé, c’est simplement parce que la population qui est touchée en ce moment est une population jeune, explique Fabienne Buccio. Mais les tranches d’âge plus âgées commencent à être touchées, les enfants transmettent à leurs parents, et derrière cela va suivre… Si la propagation se poursuit, on peut se retrouver en novembre-décembre dans une situation que l’on a déjà connue à une autre période de l’année, avec des hôpitaux qui se remplissent à cause de cas de Covid-19. »

« Nous surveillerons de très près les indices d’hospitalisation qui augmenteront à un moment donné, c’est évident », annonce de son côté Daniel Habold, directeur de la santé publique de l’ARS Nouvelle-Aquitaine.

24 clusters en Gironde

A ce jour, « nous recensons 34 clusters dont 24 en Gironde : nous n’avions jamais atteint ce chiffre-là. Et le taux de positivité en Gironde vient de grimper à 6,5 % alors qu’il était de 0,1 % au début de l’été. Cela double toutes les semaines ! » poursuit la préfète. 


« «Nous étions la région épargnée auparavant, ce n’est plus le cas, analyse Daniel Habold. L’idée, par rapport à la circulation du virus qui est indéniable notamment en Gironde, n’est pas de l’arrêter mais de la freiner. Il faut reprendre les bonnes habitudes » concernant les gestes barrière.

Pas de dérogation aux rassemblements de 5.000 personnes

« La moitié des cas que nous avons, vient de fêtes privées ou familiales, insiste Fabienne Buccio. Ce sont des cas qu’on ne voit pas, il faut donc faire prendre conscience que le virus est là et qu’il n’est pas moins dangereux. »

Concernant les rassemblements, la préfète précise que les présidents des deux grands clubs (Girondins de Bordeaux et UBB) l’ont appelée concernant la jauge des 5.000 spectateurs. « A partir du moment où nous sommes passés en zone rouge, le préfet perd son pouvoir dérogatoire, donc je ne peux pas autoriser de dérogation à la jauge des 5.000 », explique-t-elle. La vigilance est particulièrement de mise en cette rentrée.