Masques, prix du gaz, demande de bourses... Ce qui change à partir du 1er septembre

SEPTEMBRE IS COMING Le changement, c'est maintenant, et c'est sur beaucoup de choses 

Jean-Loup Delmas

— 

Toujours plus de masques
Toujours plus de masques — JP PARIENTE/SIPA

Ce soir, à minuit et une minute, nous serons (déjà) officiellement en septembre. Une date qui marque le point de départ de nombreux changements. Et comme à peu près tout évènement de cette année 2020, le coronavirus a rajouté son grain de germe à l’ensemble. Allez, petit récapitulatif :

Le masque partout

C’est évidemment le gros point marquant de cette « coronarentrée ». Le masque va devenir obligatoire en entreprise dans les espaces clos et partagés. On vous rassure pour vos finances, c’est à l’employeur de pourvoir ses salariés en masques. Par contre, si vous refusez d’en porter, vous pouvez être considéré comme étant en faute. Toujours dans le monde du travail, le dispositif de chômage partiel pour les employés à domicile prendra fin.

Du côté de l’éducation nationale, collégiens et lycéens devront, eux aussi, se masquer le visage en apportant leur propre matériel, le gouvernement ayant rejeté l’idée d’en fournir à tout le monde. Les règles de distanciations ont par contre été assouplies.

Dans le domaine des énergies

Au rayon des mauvaises nouvelles, le prix du gaz va augmenter à partir de ce mardi. Cette hausse sera de 0,2 % pour les clients utilisant le gaz pour la cuisson, de 0,4 % pour ceux qui ont un double usage cuisson et eau chaude, et de 0,7 % pour le chauffage. Niveau électrique, mardi c’est le retour des pénalités pour retards de paiement, alors mieux vaut régler ces factures ce lundi.

Tabac

En parlant de hausse, le prix des paquets de cigarettes à 9,20 euros va augmenter de 10 centimes suite à un arrêté paru au Journal officiel le 11 août 2020.

Début des demandes de bourses

Le portail Scolarité – Services sera ouvert à partir de ce mardi et jusqu’au 15 octobre pour toutes les demandes de bourses pour les élèves scolarisés en lycée et en établissements régionaux d’enseignement adapté (EREA), déclinées sur six échelons de revenus.

Consommation de drogue : 200 euros d’amende

A partir de ce mardi toujours, les consommateurs de drogue interpellés seront verbalisés directement (s’ils sont majeurs, reconnaissent les faits et sont en possession de moins de dix grammes de cocaïne ou cent grammes de cannabis) sans aller au tribunal. Le montant de l’amende pour de tel fait est établi à 200 euros, mais peut varier entre 150 et 450 euros.