Coronavirus : Des médecins appellent à durcir le protocole sanitaire de la rentrée scolaire

EPIDEMIE « L’école n’est pas prête. (…) Compte tenu du protocole en vigueur, rien ne semble empêcher les écoles de devenir des clusters », alertent les médecins signataires d'une tribune

Marion Pignot

— 

A deux joursde la rentrée, des médecins remettent en question le protocole sanitaire déroulé par l'Education nationale.
A deux joursde la rentrée, des médecins remettent en question le protocole sanitaire déroulé par l'Education nationale. — Jacques Witt

Le protocole sanitaire prévu par l’Education nationale pour les écoles « ne protège ni les personnels ni les élèves et leurs familles », estime samedi un collectif de médecins, appelant à durcir les précautions à trois jours de la rentrée. «  Au-delà du réel risque sanitaire, il y a aussi celui de fermer des classes par dizaines, avec pour effet d’amplifier les inégalités devant le savoir et l’apprentissage et de désorganiser durablement notre économie et notre société », prévient leur tribune, publiée sur le site internet du Parisien.

« L’école n’est pas prête. (…) Compte tenu du protocole en vigueur, rien ne semble empêcher les écoles de devenir des clusters » (des foyers infectieux), alertent les signataires, parmi lesquels l’infectiologue Karine Lacombe, le président du syndicat de médecins libéraux UFMLS Jérôme Marty et les créateurs du collectif Stop-Postillons, qui préconise depuis des mois de renforcer le rôle du masque dans la lutte contre le coronavirus.

« A quel point les enfants asymptomatiques peuvent infecter d’autres personnes »

Ces experts proposent « de recommander le port du masque en lieu clos pour tous les élèves de plus de 6 ans », considérant que « les enfants de moins de 11 ans sont aussi contaminants que les adolescents ou les adultes ». Cette question ne fait toutefois pas l’objet d’un consensus.

« Quand ils présentent des symptômes, les enfants excrètent la même quantité de virus que les adultes et sont aussi contaminants qu’eux » mais « on ne sait pas à quel point les enfants asymptomatiques peuvent infecter d’autres personnes », résume le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

Le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer a annoncé, mercredi, que tous les adultes devraient porter un masque à l’école, y compris les enseignants de maternelle, tandis que les enfants seront masqués à partir de la 6e. Le reste du protocole sanitaire, élaboré en juillet, assouplit notamment les règles de distanciation qui prévalaient en mai et juin pour permettre l’accueil de tous les élèves.

Alterner « présentiel et enseignement à distance »

Le groupe de médecins, déjà à l’origine d’une tribune mi-août pour le masque obligatoire dans tous les lieux collectifs clos, réclame également des règles plus strictes sur l’aération des locaux et « des procédures dédiées dans les zones de forte circulation virale » pour éviter de devoir fermer des écoles entières si un cas est détecté.

Jean-Michel Blanquer fait face à sa rentrée la plus délicate depuis son arrivée rue de Grenelle.
Jean-Michel Blanquer fait face à sa rentrée la plus délicate depuis son arrivée rue de Grenelle. - NICOLAS MESSYASZ

Il suggère d’alléger les classes « en alternant présentiel et enseignement à distance », de limiter les « contacts entre les classes » et d’organiser un « échelonnement des récréations et de la cantine ». « S’il devait y avoir des mesures hybrides » (un enseignement à distance conjugué à un enseignement physique) ou « de confinement, nous nous tenons prêts », a dit Jean-Michel Blanquer mercredi. Mais pour cette rentrée, « nous n’en sommes pas là », a-t-il assuré.