Coronavirus en Loire-Atlantique : La circulation du virus s'intensifie, surtout à Nantes

SANTE Le département a été placé en «vulnérabilité modérée» ce vendredi

J.U.

— 

Port du masque dans le centre-ville de Nantes
Port du masque dans le centre-ville de Nantes — L. Venance/ AFP

Les chiffres sont en dessous de la moyenne nationale mais augmentent jour après jour. Ce vendredi, la Loire-Atlantique a été placée en situation de « vulnérabilité modérée » en raison d’une circulation de plus en plus intense du coronavirus, annonce l’Agence régionale de santé. Le taux d’incidence a atteint 23,7 cas pour 100.000 habitants, ce qui fait dire aux autorités que « le rebond est bien là ».

« L’hypothèse est une circulation diffuse du virus mais particulièrement active sur les zones à densité urbaine élevée », explique Patricia Salomon, de l’ARS. L’agglomération nantaise et le bassin nazairien, dans une moindre mesure, sont donc surveillées de près. D’autant plus que les vacanciers ne sont pas encore tous rentrés…

Les centres de dépistage éphémères arrivent à Nantes

Des cas qui augmentent alors que le nombre de dépistages a doublé dans le département depuis le début du mois de juillet, pour atteindre plus de 2.300 tests par jour. Une nouvelle montée en puissance est à prévoir puisque dans les prochains jours, trois centres de dépistages éphémères, gratuits et sans rendez-vous, vont s’installer dans le centre-ville de Nantes, dont un aux abords du Carré Feydeau.

Alors que plusieurs grandes villes ont imposé le port généralisé du masque partout en ville, ce n’est pas encore le cas pour la Cité des ducs où « des discussions sont en cours » quant à élargir ou non le périmètre en vigueur. On sait en tout cas déjà qu’il faudra venir masqué pour participer à la fête foraine. L’événement, maintenu, doit démarrer le week-end prochain mais sera « scrupuleusement contrôlé ».

La situation s'améliore en Sarthe

En Sarthe, la situation s'améliore même si les chiffres restent toujours élevés. Le taux d'incidence est redescendu à 63 pour 100.000 et le taux de positivité est de 3,6%. Le département est toujours placé en «vulnérabilité élevée».