Coronavirus : Le spectacle vivant bénéficiera d’une aide de 432 millions d’euros, annonce Roselyne Bachelot

CULTURE La ministre de la Culture en a précisé le montant à l'issue d'une rencontre entre Jean Castex

20 Minutes avec AFP

— 

Jean Castex et Roselyne Bachelot ont réuni les acteurs du spectacle vivant au  Palais-Royal au sujet des mesures de soutien au secteur.
Jean Castex et Roselyne Bachelot ont réuni les acteurs du spectacle vivant au Palais-Royal au sujet des mesures de soutien au secteur. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Cette somme fait partie de l’enveloppe de deux milliards d’euros pour tout le secteur de la culture annoncée par le Premier ministre mercredi. Le spectacle vivant, privé et public, bénéficiera d’une aide de 432 millions d’euros, a annoncé jeudi soir la ministre de la Culture  Roselyne Bachelot à l’issue d’une rencontre entre Jean Castex, elle-même et les représentants de ce secteur « dévasté » par le contexte sanitaire lié à l'épidémie de coronavirus.

Lors de la rencontre, le Premier ministre a « annoncé 432 millions d’euros dans le plan de relance, plus 100 millions pour la compensation des pertes d’exploitation. Un effort sans précédent que je piloterai pour sauver un secteur dévasté », a tweeté Roselyne Bachelot.

Création d’un nouveau mécanisme de compensation

« Il s’agit de 200 millions pour le spectacle vivant public, répartis entre grands opérateurs comme l’Opéra de Paris, la Comédie-Française et les organismes en région, et de 220 millions pour le théâtre privé », a détaillé Nicolas Dubourg, président du Syndeac (Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles).

En plus des 432 millions, Jean Castex a annoncé la création « d’un nouveau mécanisme de compensation pour encourager la reprise d’activité des exploitants de salles de spectacles ». « Une provision de 100 millions d’euros permettra d’assurer son financement dès septembre », a-t-il dit.

Les représentants du secteur se sont félicités des sommes allouées, même s’ils s’inquiètent toujours du maintien d’une jauge réduite en zone rouge, comme en Ile-de-France.