Coronavirus à Montpellier : Au premier drive test piéton du centre-ville, on vient « pour se rassurer »

REPORTAGE Le centre de dépistage du coronavirus a ouvert ce jeudi matin, sur l’esplanade Charles-de-Gaulle, à Montpellier (Hérault)

Nicolas Bonzom

— 

Au drive test piéton de Montpellier, ce jeudi
Au drive test piéton de Montpellier, ce jeudi — N. Bonzom / Maxele Presse

« On m’a dit que c’était une sensation un peu désagréable, non ? », lance une Montpelliéraine, un poil anxieuse, à l’infirmière qui s’apprête à effectuer un prélèvement dans l’une de ses narines. Ce jeudi matin, a ouvert le premier drive test piétonCovid-19 dans le centre-ville de Montpellier(Hérault),​ destiné à dépister gratuitement ceux qui le souhaitent, sans rendez-vous ni prescription du médecin.

Si pour certains, ce n’est qu’une simple formalité, d’autres sortent de cette épreuve les yeux quelque peu rougis. « Cela peut être désagréable, car on va tout de même assez loin dans la narine », concède une infirmière des sapeurs-pompiers, qui gèrent ce nouveau drive test. « C’est une sensation plutôt bizarre, s’exclame une jeune femme, qui vient de se faire dépister. Je vous avoue que je ne reviendrai pas tous les jours ! »

Un taux d’infection en hausse

Ce jeudi matin, plusieurs dizaines de personnes ont passé le test. « Pour se rassurer », pour beaucoup. Comme cet adolescent de 16 ans, qui a passé une soirée avec un camarade, « qui avait le Covid-19 ». « Il est venu quand même ! Donc, je viens me faire tester », explique le jeune homme. « Je n’ai pas de symptômes, mais j’ai croisé une personne qui l’avait », confie une Montpelliéraine. Une employée de banque, de son côté, est venue parce qu’elle « croise du monde au travail, alors c’est important ».

Au drive test piéton de Montpellier, ce jeudi
Au drive test piéton de Montpellier, ce jeudi - N. Bonzom / Maxele Presse

Un adolescent et son père, de gros sacs sur le dos, avaient « une heure à tuer avant de prendre un train », expliquent-ils. « Alors, autant en profiter ! » D’autant qu’ils ont séjourné dans un département classé rouge. Selon le préfet, Jacques Witkowski, le taux d’infection pour 100.000 habitants était de 88 mercredi. La veille, il était de 83. Il y a une semaine, « nous étions à 51, note-t-il. On voit bien qu’il se passe quelque chose. Je comprends que les gens contestent, mais regardons les chiffres tels qu’ils sont ! »

Dans l’Hérault, les hospitalisations augmentent aussi. Il y a dix jours, six personnes étaient hospitalisées au CHU, aucune n’était en réanimation. Aujourd’hui, une vingtaine sont hospitalisées, et entre 4 et 5 en réanimation. Le drive test de l’esplanade est ouvert le mardi et le jeudi de 9 h à 12 heures. Deux autres vont être créés sur le parking de l’Arena et au Domaine d’O. Et, a indiqué le maire, Michaël Delafosse (PS), des centres seront mises en place près des écoles où des cas de Covid-19 seront détectés.