Sans-abri : Le gouvernement annonce la pérennisation de 14.000 places d’hébergement

SOCIAL Avec ces 14.000 places supplémentaires, la France dispose de 166.000 places pérennes

20 Minutes avec AFP

— 

Un hébergement d'urgence à Lille (illustration).
Un hébergement d'urgence à Lille (illustration). — M.Libert / Archives 20 Minutes

Une bonne nouvelle pour les associations d’aide aux sans-abri. Quelques 14.000 places d’hébergement ouvertes pendant la crise sanitaire vont être pérennisées, dont 7.000 d’ici à la fin de l’année, a annoncé la ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, ce jeudi.

Le gouvernement va « pérenniser 14.000 places d’hébergement en deux fois », dont 7.000 d’ici à la fin de l’année, financées sur le budget 2020, et 7.000 en 2021, a expliqué la ministre lors d’une conférence de presse.

Pas de fermeture de places d’hébergement, ni d'expulsion locative

Ces 14.000 places correspondent à celles ouvertes dans le cadre du « plan hiver » pendant la trêve hivernale, qui s’est achevée exceptionnellement le 10 juillet avec la fin de l’état d’urgence sanitaire, et après deux prolongations en raison de l’épidémie de coronavirus. Elles portent le nombre total de places pérennes toute l’année à 166.000.

La ministre a affirmé que le gouvernement avait tenu son engagement de ne procéder à aucune fermeture de places d’hébergement, ni expulsion locative, à l’issue de la trêve hivernale, sans alternative de relogement. Pendant le confinement, « nous avons mobilisé 34.000 places supplémentaires en hébergement. On était à 186.000 places au 11 mai (date du début du déconfinement), on est encore à 180.000 places aujourd’hui. Les places qu’on a fermées, c’est parce qu’on avait trouvé une solution », a-t-elle dit.

Améliorer les centres d’hébergement

Emmanuelle Wargon a également annoncé une enveloppe de 10 millions d’euros supplémentaires sur deux ans pour « intensifier l’amélioration de la qualité d’humanisation des centres d’hébergement », dont certains sont « extrêmement vétustes ».

L’amélioration comprendra notamment la création de chambres individuelles à la place des dortoirs, où la promiscuité génère de la violence et fait fuir les sans-abri. Par ailleurs, alors que le port du masque à l’extérieur est devenu obligatoire dans de nombreuses villes, la ministre a rappelé la livraison « 50 millions de masques » aux associations pour qu’elles les distribuent aux plus précaires.