Coronavirus : « Un peu de bon sens »… Jean Castex dit non aux masques gratuits à l'école

EPIDEMIE Le Premier ministre ne veut pas « payer des masques à des familles qui n’en ont pas besoin »

L.C.

— 

Le Premier ministre Jean Castex.
Le Premier ministre Jean Castex. — J.M. HAEDRICH/SIPA

Le masque n’est pas une fourniture scolaire, mais un équipement de protection. C’est en substance ce qu’a dit Jean Castex, interrogé ce mercredi sur France Inter sur la gratuité des masques pour les élèves, réclamée par plusieurs formations politiques. Une demande que le gouvernement a évacuée mardi soir.

« On sait que la France est un îlot de bonheur mais aucun pays au monde n’a généralisé la gratuité des masques », a commencé le Premier ministre. Il a rappelé qu'« il y a des masques gratuits dans deux cas », pour « toute personne, quel que soit son âge, qui est fragile pour des critères médicaux et pour les personnes précaires ».

Ne pas payer des masques à ceux « qui n’en ont absolument pas besoin »

Distribuer des masques gratuits aux collégiens et lycéens, qui feront leur rentrée la semaine prochaine, avec port du masque obligatoire, « cela veut dire qu’on va payer des masques à des familles qui n’en ont absolument pas besoin », a poursuivi Jean Castex appelant à « un peu de bon sens ».

« Je n’ai jamais cru que l’État pouvait tout faire, il a sa part de responsabilité […] mais il faut que tout le monde se sente concerné par la lutte contre l’épidémie », a aussi dit le chef du gouvernement, tout en concédant que le port du masque pouvait parfois être « pénible ». « Il faut expliquer aux Françaises et aux Français, y compris les anti-masques, que le masque est extrêmement utile. S’ils ne le croient pas pour eux-mêmes, qu’ils pensent aux autres. Ils ont tous, dans leur entourage, des personnes vulnérables. »