Insécurité : FO réclame des mesures pour protéger les agents des transports en commun contre les agressions

DÉLINQUANCE La fédération des transports du syndicat constate une « multiplication des actes de violence » et déplore qu’aucun plan national n’a été programmé pour y répondre. FO demande notamment des vitres anti-agression pour protéger les chauffeurs

20 Minutes avec AFP
— 
Un bus de la RATP - Illustration
Un bus de la RATP - Illustration — JEAN-PIERRE MULLER / AFP

La fédération FO des transports a réclamé ce mardi des mesures « inscrites dans la loi » pour protéger « tous les agents des transports en commun » contre les agressions, comme « la mise en place de vitres anti-agression dans tous les véhicules ».

Depuis le décès, début juillet à Bayonne, d’un chauffeur de bus roué de coups par deux homme auxquels il avait demandé de porter un masque, « aucun plan national n’a été programmé ou bien discuté avec les interlocuteurs sociaux pour combattre (le) fléau » des « faits d’agression et d’insécurité subis par les salariés » et « trouver des solutions », dénonce FO.



« La situation se dégrade »

Or « la multiplication des actes de violence constatés nous démontre que la situation se dégrade et qu’il est urgent d’agir sans attendre qu’un nouveau drame intervienne », s’inquiète le syndicat dans son communiqué. Alarmée par une « évolution négative » de la sécurité sur les « réseaux des transports publics urbains et interurbains », FO note des « disparités notables » selon les réseaux en matière de « moyens de protection » pour les salariés.

Le syndicat réclame la mise en place « dans tous les véhicules de transports en commun » d’un « système de phonie et localisation performant », ainsi que d’un dispositif d'« appel de détresse/urgence ».

« Des brigades d’interventions policières affectées aux transports »

Il demande aussi l’installation d'« un système de vidéoprotection permettant de filmer et d’enregistrer les auteurs de faits ». Il veut également « la création de brigades d’interventions policières affectées aux transports sur tout le territoire ».

« Nous demandons aux pouvoirs publics d’assumer leur part de responsabilité en inscrivant dans la loi des moyens de protection pour tous les agents des transports en commun », explique FO, qui souhaite « la tenue d’une réunion extraordinaire de la Commission paritaire nationale de suivi des questions de sécurité ».

En outre, le syndicat réclame « la modification de l’accord sécurité des transports urbains et la mise en place d’un accord sécurité dans les transports routiers de voyageurs ».