Montpellier : Le maire demande à l'Etat des moyens supplémentaires face à la hausse des violences

SECURITE L'élu évoque une « dégradation sécuritaire »

N.B.

— 

Michaël Delafosse (PS) maire de Montpellier.
Michaël Delafosse (PS) maire de Montpellier. — Nicolas Bonzom / Agence Maxele Presse

« Monsieur le ministre, nous nous permettons de vous alerter sur la dégradation sécuritaire touchant la métropole (…) et plus particulièrement sa ville-centre, Montpellier, qui nous préoccupe de jour en jour. » Dans un courrier daté du 21 août, le maire de Montpellier (Hérault), Michaël Delafosse (PS), alerte Gérald Darmanin sur la hausse des violences dans la capitale héraultaise.

« Nous ne pouvons pas nous substituer au pouvoir régalien de l’État en matière d’ordre public, de répression et de poursuite pénale, écrit l’édile, élu en juin. Montpellier et sa métropole sont exposées à une très forte hausse des actes délictuels et criminels. » Michaël Delafosse pointe notamment « les trafics de stupéfiants, déjà profondément enracinés dans certains quartiers, facilités par la proximité de l’Espagne et des ports sétois et marseillais ». « Des groupes mafieux ont investi certains secteurs, entraînant des règlements de compte toujours plus violents », poursuit l’élu.

Des attaques à l’arme blanche « quasiment quotidiennes »

Le maire s’inquiète aussi, dans son courrier, des attaques à l’arme blanche, « quasiment quotidiennes » et cite quelques statistiques : la délinquance « générale » a augmenté de plus de 6 % en 2019 par rapport à l’année 2018 et la délinquance de « proximité » (vols dans la rue et dans le tramway, cambriolages…) a progressé de plus de 7 %.

L’élu demande ainsi au ministre de l’Intérieur d’allouer à Montpellier des moyens supplémentaires « pour assurer la police de la sécurité du quotidien ».