Lyon : Un appel à témoins lancé après l’agression d’un adolescent place Bellecour

ENQUETE Les enquêteurs recherchent toute personne pouvant leur apporter des informations

C.G.
— 
La police de Lyon lance un appel à témoins après l'agression d'un adolescent place Bellecour.
La police de Lyon lance un appel à témoins après l'agression d'un adolescent place Bellecour. — C. Girardon / 20 Minutes

Un appel à témoins a été lancé lundi soir, quelques heures après l’ouverture d’une enquête concernant l’agression d’un adolescent à Lyon. Les faits se sont déroulés vendredi à 23 heures place Bellecour, à proximité de l’Office du tourisme. L’entourage de la victime, qui a relayé l’affaire sur Facebook, affirme qu’Augustin, 17 ans, a été passé à tabac par un groupe de cinq individus alors qu’il cherchait à protéger des filles se faisant importuner.

La police, qui n’a reçu aucun appel vendredi soir pour signaler cette agression (tout comme les pompiers), cherche donc des témoins qui auraient assisté à la scène. Toute personne, susceptibles de livrer des informations aux enquêteurs afin d’identifier les suspects ou de faire la lumière sur le déroulé de la soirée, est invitée à contacter le commissariat du 2e arrondissement de Lyon.


Un hashtag #JusticepourAugustin

Pour cela, deux numéros de téléphone sont disponibles : 04 78 42 26 56 en semaine de 8 heures à 18 heures et 04 78 78 40 40, le soir et le week-end.

L’agression de l’adolescent a rapidement été récupérée par de nombreux militants d’extrême-droite ou nationalistes sur les réseaux sociaux, avant même que les autorités judiciaires ou policières ne confirment les faits. Un groupe de soutien appelant à la #JusticePourAugustin a également été lancé sur Facebook par les proches du garçon. Il comptait ce mardi matin plus de 8.000 membres.

Une autre version des faits

Quant aux filles concernées, qui doivent être entendues par les enquêteurs ce mardi après-midi, elles ont livré une autre version des faits à Libération, dans laquelle elles expliquent avoir été victimes de drague « lourde » et non d’une agression physique. Selon leurs dires, Augustin serait intervenu calmement pour demander aux garçons de les laisser tranquilles. Le ton serait monté et l’adolescent aurait été frappé à la mâchoire. Elles n’évoquent pas de passage à tabac, comme le certifie l’entourage de la victime.

Le parquet de Lyon, que nous avons contacté, a simplement confirmé que l’adolescent avait été opéré lundi pour une fracture de la mandibule et que son ITT est toujours en cours d’évaluation. Il n’a fait aucun commentaire sur l’enquête en cours.