Finistère : La consommation d’eau du robinet déconseillée dans 50 communes

POLLUTION Les villes de Châteaulin (5.774 habitants) et Quimper (63.000 habitants), ainsi que la presqu’île de Crozon sont notamment concernées

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration eau du robinet.
Illustration eau du robinet. — M. LIBERT / 20 MINUTES

Une partie de la Bretagne va devoir se tourner vers l’eau en bouteille. La préfecture du Finistère a recommandé mercredi soir de ne pas boire l’eau du robinet dans 50 communes du département. La pollution de l’Aulne, fleuve côtier breton, est à l’origine de cette décision.

La concentration en ammoniaque inquiète

Cette pollution « répandue dans le milieu » et qui « continue de rejoindre l’Aulne » au niveau de Châteaulin engendre des « concentrations en ammoniaque » qui ont conduit à mettre à l’arrêt l’usine d’eau potable de Coatigrac’h dans la nuit de mardi à mercredi, selon la préfecture. « Une adaptation de la filière de traitement a été testée par l’exploitant mais n’a pas permis de rétablir pour l’instant une conformité de l’eau produite ».

Evoquant une qualité de l’eau « dégradée », la préfecture recommande « de ne pas utiliser l’eau du robinet pour la boisson et le lavage des légumes et des fruits consommés crus ». « Elle peut toutefois être utilisée pour les besoins sanitaires et pour la cuisson des aliments », selon la même source. « Le syndicat mixte de l’Aulne et l’exploitant pourront être amenés à pourvoir à la livraison de bouteilles d’eau à la population concernée », a précisé la préfecture.

L’origine de la pollution non précisée

Parmi les communes concernées, figurent notamment Châteaulin (5.774 habitants), Quimper (63.000 habitants) et la très touristique presqu’île de Crozon. L’origine de la pollution et le nombre d’habitants concernés par ces restrictions d’eau n’ont par contre pas été précisés par la préfecture.