Coronavirus : Ne pas mettre son masque au travail pourra être considéré comme une faute, affirme Alain Griset

MESURES BARRIERES La ministre du Travail a annoncé mardi que le port du masque en entreprise allait devenir obligatoire à la rentrée pour freiner l’épidémie

L.Br. avec AFP

— 

Une salariés masquée, à Paris.
Une salariés masquée, à Paris. — Michel Euler/AP/SIPA

Les salariés qui ne mettent pas le masque au bureau pourront-ils être sanctionnés ? Oui, a assuré ce mercredi Alain Griset, ministre délégué chargé des PME, sur BFMTV.

Le ministre revenait sur l’annonce par la ministre du Travail, mardi, du port du masque « systématique » en entreprise pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. « Il y a déjà eu des contrôles et il y aura encore des contrôles, c’est évident », a-t-il prévenu. « Si jamais le salarié refuse de mettre un masque, d’abord l’employeur pourra le lui faire remarquer, et pourra lui donner un avertissement. Cela pourra être considéré comme une faute. Tout cela est prévu, les contrôles sont prévus », a-t-il insisté.

Un protocole rendu public dans les prochains jours

Elisabeth Borne a annoncé le port du masque obligatoire d’ici la rentrée dans « tous les espaces de travail qui sont clos et partagés », comme les « salles de réunion, couloirs, vestiaires, open spaces ». Seule exception : les bureaux individuels.

Cette mesure sera consignée « dans les prochains jours » dans un « protocole national pour assurer la santé et la sécurité des travailleurs en période de Covid-19 », en vue d’une application pour « la fin août », a encore expliqué la ministre. En fonction de l’évolution sanitaire et des typologies de locaux d’entreprises cette mesure pourra souffrir de « dérogations » après avis des autorités de santé.