Coronavirus à Cannes : Le port du masque rendu obligatoire même dans les halls d’immeuble

COVID-19 L’arrêté municipal qui s’applique depuis ce mardi à Cannes impose le masque dans les espaces clos publics comme privés

20 Minutes avec AFP

— 

A Cannes, le 14 juillet 2020.
A Cannes, le 14 juillet 2020. — Syspeo / Sipa

L’arrêté municipal publié lundi s’applique depuis ce mardi à Cannes, jusqu’au 31 août. Par ce texte, le maire David Lisnard (LR) impose le masque dans les espaces clos privés, comme les halls d’immeuble ou les locations saisonnières en cas de regroupement. L’obligation concerne « tous les lieux clos privés ou publics collectifs », a indiqué Thierry Migoule, directeur de cabinet du maire de Cannes, citant «  les ascenseurs, les couloirs, les lieux de réunion ».

L’arrêté municipal « donne une base juridique aux syndics, qui peuvent nous donner l’autorisation de pénétrer dans les propriétés privées ». « On sait par exemple que les locations [saisonnières] donnent lieu parfois à des regroupements. Donc la police municipale et la police nationale pourront intervenir à la demande des syndics », a ajouté Thierry Migoule.

Problème de distanciation physique

L’arrêté se base, selon la mairie de Cannes, sur l’avis rendu samedi par le Haut conseil de santé publique, qui recommande le port systématique du masque quand la distanciation physique n’est pas respectée. Il s’appuie sur le code général des collectivités territoriales qui traite des « pouvoirs du maire en cas de maladies épidémiques et contagieuses ».

La mairie insiste aussi sur « le taux d’incidence qui monte dans les Alpes-Maritimes. En fin de semaine nous devrions franchir la barre des 50 cas pour 100.000 habitants ».

Cinq arrêtés municipaux depuis le début du confinement

La mairie a transmis l’arrêté à la préfecture pour un « contrôle de légalité ». Contactée par l’AFP, la préfecture des Alpes-Maritimes n’était pas disponible mardi à la mi-journée.

Depuis le début du confinement, le maire de Cannes a pris cinq arrêtés, rendant le port du masque obligatoire dans les commerces, les transports et les taxis.