Coronavirus : Port du masque « systématisé » en entreprise y compris dans les open space, annonce Borne

EPIDEMIE Selon ce nouveau protocole, le coût du masque, considéré comme un « équipement individuel de sécurité », revient désormais à la charge de l’employeur

20 Minutes avec AFP

— 

Elisabeth Borne, le 17 août 2020 à Paris.
Elisabeth Borne, le 17 août 2020 à Paris. — Jacques Witt/SIPA

Pour éviter de propager l’épidémie, le port du masque sera « systématisé » d’ici la rentrée dans « tous les espaces clos et partagés » des entreprises, a indiqué mardi la ministre du Travail Elisabeth Borne à l’issue d’une réunion avec les partenaires sociaux.

« Il est nécessaire de systématiser le port du masque dans tous les espaces de travail qui sont clos et partagés », comme les « salles de réunions, couloirs, vestiaires, open space », a indiqué la ministre. Cette mesure ne s’applique pas dans les bureaux individuels. Borne s’appuie sur le Haut conseil à la santé publique (HCSP), et tient ainsi compte du risque de propagation du Covid-19 par aérosols (fines gouttelettes en suspension dans l’air expiré par les malades).

Des mesures spécifiques dans certains secteurs

Considéré comme un « équipement individuel de sécurité », le coût du masque, chirurgical ou en tissu, est à la charge de l’employeur. Précédemment, son port était recommandé en entreprise quand le mètre de distance – mesure qui demeure - n’était pas techniquement possible. Par ailleurs, des mesures spécifiques, à définir, seront applicables pour l’hébergement des travailleurs saisonniers et les abattoirs, qui se sont révélés des foyers de contamination cet été, a indiqué Yvan Ricordeau, de la CFDT, présent à cette réunion qui s’est déroulée en visioconférence.

« Des réunions vont commencer la semaine prochaine », a-il dit, se montrant satisfait de la généralisation du port du masque en entreprise. « Pour soutenir l’activité, il faut donner des éléments de sécurité aux salariés », a-t-il assuré.

Mesure applicable dès la rentrée

Cette mesure sera consignée « dans les prochains jours » dans un « protocole national pour assurer la santé et la sécurité des travailleurs en période de Covid-19 », en vue d’une application pour « la fin août », a encore expliqué la ministre. En fonction de l’évolution sanitaire et des typologies de locaux d’entreprises cette mesure pourra souffrir de « dérogations » après avis des autorités de la santé.

S’agissant du télétravail, « on va rester sur les règles d’aujourd’hui : télétravail recommandé dans les zones où le virus circule activement », a précisé la ministre. Elle a incité les partenaires à entamer et à accélérer une négociation sur le sujet.

« Les masques, ça ne fait pas tout, il faut aussi travailler sur les questions d’organisation du travail, de télétravail et de réduction du temps de travail », a déclaré Fabrice Angéi qui représentait la CGT à la réunion.