Amazon France retire de son site des poupées sexuelles à l’effigie d’enfants

MOBILISATION Après les alertes de plusieurs associations, le secrétaire d’Etat chargé de l’enfance et des familles avait demandé à la plateforme de retirer ces poupées sexuelles

20 Minutes avec AFP
— 
Amazon a retiré de la vente les poupées sexuelles à l'effigie d'enfants
Amazon a retiré de la vente les poupées sexuelles à l'effigie d'enfants — Geeko

Amazon a retiré de son site des « poupées sexuelles à l’effigie d’enfants », après une mobilisation d’associations, a déclaré lundi le secrétaire d’Etat chargé de l’enfance et des familles Adrien Taquet sur Twitter.

« Suite aux alertes des associations que je remercie, j’ai demandé à (Amazon France) de mettre fin à la commercialisation sur leur plateforme de poupées sexuelles à l’effigie d’enfants », a détaillé Adrien Taquet sur Twitter, « ce qu’Amazon France a immédiatement fait en s’engageant à rester vigilant ».

Le cas s’était déjà posé en 2018 sur Amazon, mais au Royaume-Uni

« Bannir la pédocriminalité de notre société est de la responsabilité de chacun », a encore déclaré Adrien Taquet, qui doit mettre en place à l’automne une « commission indépendante sur les violences sexuelles faites aux enfants », comme il l’avait annoncé début août.

« La protection des enfants et adolescents est une priorité pour nous », a de son côté réagi Amazon France. « Tous les vendeurs partenaires sont tenus de suivre nos politiques de vente et toute infraction entraîne l’application de mesures appropriées, lesquelles comprennent notamment la suppression potentielle du compte du vendeur. »

L’Association Internationale des Victimes de l’Inceste avait alerté samedi sur son compte Twitter au sujet de ces « poupées sexuelles pédophiles qui ont l’aspect d’un jeune enfant », des objets « illégaux car l’article 227-23 du Code pénal interdit la représentation d’un mineur lorsque cette représentation présente un caractère pornographique ».

L’association, qui a salué l'« intervention rapide » d’Adrien Taquet, rappelle en outre que le cas s’était déjà posé en 2018 sur Amazon, au Royaume-Uni cette fois.