Un dispositif policier disproportionné contre le non-port du masque en Australie ? Pas vraiment

FAKE OFF Sur Facebook, la vidéo d’une interpellation est partagée pour dénoncer une mobilisation jugée excessive des forces de l’ordre australiennes contre deux personnes qui ne portaient pas de masque contre le Covid-19

Alexis Orsini

— 

L'arrestation d'une manifestante anti-masques à Melbourne, en Australie, le 31 juillet 2020.
L'arrestation d'une manifestante anti-masques à Melbourne, en Australie, le 31 juillet 2020. — Speed Media/Shutterstock/SIPA
  • Un bataillon de policiers, à pied et à cheval, était-il vraiment nécessaire pour arrêter deux piétons refusant de porter leur masque contre le Covid-19, à Melbourne (Australie)? 
  • Un post Facebook viral dénonce, vidéo à l'appui, cette mobilisation excessive des forces de l'ordre.
  • Mais il omet de préciser que cette scène s'est déroulée dans le cadre d'une manifestation interdite,dont les contrevenants s'exposaient à d'importantes sanctions légales, ce qui explique cette importante présence policière.

En pleine épidémie de Covid-19, la police australienne a-t-elle fait preuve d’une sévérité excessive à l’égard de citoyens qui ne portent pas de masque dans l'espace public ?

C’est ce que laisse penser une vidéo visionnée plus de 125.000 fois sur Facebook, montrant un homme menotté, encerclé par de nombreux policiers, qui lui font enfiler un masque sous les yeux d’une autre femme mise de côté par les forces de l’ordre.

« En Australie, deux personnes se font arrêter avec un déploiement policier impressionnant, vous savez quelle est la raison ? Ils n’ont pas mis de masque à l’extérieur ! », affirme la légende de cette séquence. Sans détailler le contexte bien précis de cette interpellation, dans le cadre d’une manifestation anti-masques interdite par les autorités locales.

FAKE OFF

Comme l’indique son crédit, la scène a bien été filmée par Brianna Travers, journaliste au Herald Sun. On la retrouve dans son tweet d’origine, daté du 31 juillet 2020.

Ce jour-là, plusieurs manifestants anti-masques s’étaient rassemblés devant le sanctuaire du souvenir de Melbourne, un bâtiment dédié aux Australiens morts pendant la guerre, en pleine période de confinement pour lutter contre le Covid-19.

Comme le rapportait The Australian, le 30 juillet, le Premier ministre de l’Etat de Victoria, Daniel Andrews, avait tenté de dissuader les habitants de Melbourne de se rendre à cet événement : « Mon message pour les personnes qui souhaitent se rendre à cette manifestation ou à n’importe quel rassemblement de ce genre est très clair : n’y allez pas. La seule chose contre laquelle nous devrions protester, c’est ce virus. Rester chez soi, ça veut vraiment dire rester chez toi. [Ce rassemblement] ne fait pas partie des raisons légales permettant de quitter votre foyer. »

Il avait en outre bien précisé que les contrevenants s’exposaient à des sanctions légales, certains d’entre eux ayant effectivement reçu une amende de 1.652 dollars. L’important dispositif policier établi dans cette zone visait à empêcher la tenue de cet événement, qui a rassemblé une trentaine de manifestants, comme on peut le voir sur les images filmées en direct par 9 News Melbourne.

L’arrestation violente d’une femme sans masque à Melbourne, au cœur d’une polémique

Un reportage réalisé par la même chaîne de télévision montre par ailleurs l’homme menotté de la vidéo virale emmené dans une fourgonnette de police, peu après que la femme présente à ses côtés ait affirmé qu’ils étaient simplement sur place pour « faire du sport ».

Si les images virales diffusées sur Facebook laissent penser à tort à une arrestation arbitraire, la police de Melbourne est en revanche sous le feu des critiques depuis la diffusion, il y a quelques jours, d’une vidéo montrant un policier étrangler une femme dans la rue, au cours d’un contrôle d’identité pour non-port du masque.