Tarn-et-Garonne : On vous explique pourquoi la centrale nucléaire de Gofech est à l’arrêt

CANICULE EDF a arrêté ce mercredi le réacteur n° 2 de la centrale nucléaire de Gofech. Pas en raison d’un incident mais parce que la Garonne est en surchauffe

Hélène Menal
— 
La centrale nucléaire de Golfech, entre Toulouse et Agen.
La centrale nucléaire de Golfech, entre Toulouse et Agen. — Bob Edme - AP - Sipa

Les grands panaches de fumée blanche dans le ciel du Tarn-et-Garonne vont temporairement s’évaporer. EDF annonce avoir mis à l’arrêt, ce mercredi en fin de matinée, l’unité de production n° 2 de  la centrale nucléaire de Golfech. Pas d’incident à l’horizon cette fois. Le coup de frein est dû à la canicule​ et plus précisément à la température de l’eau de la Garonne en aval de la centrale. Ces derniers jours, elle dépasse les 28 °C de moyenne et donc le seuil réglementaire au-delà duquel la centrale ne peut plus puiser dans le fleuve.

Car « Golfech » est un très gros consommateur d’eau, indispensable au refroidissement des réacteurs. Quand la centrale la rejette en aval sa température est plus élevée, de 0,2 °C en moyenne. Et, ça, en période de canicule, c’est plus que la faune et la flore de la Garonne, ne peuvent supporter.

Pas d’incidence sur la fourniture d’électricité

« Réalisées en toute sûreté et en accord avec le gestionnaire du réseau, ces adaptations réduisent la quantité de Mégawatt/heure produites mais n’ont aucun impact sur la continuité d’approvisionnement en électricité », assure EDF dans un communiqué.

La centrale est plus qu’au ralenti puisque son réacteur n° 1 est en arrêt programmé depuis le 10 août « pour renouveler une partie de son combustible et réaliser des opérations de maintenance ».

Le site de Golfech, situé à une centaine de kilomètres au nord de Toulouse, fournit en moyenne la moitié de la consommation d’électricité annuelle de la région Occitanie.