Cannes : L’énorme panique provoquée par une fausse rumeur a fait 43 blessés

AFFOLEMENT L'état des blessés n’inspire pas d’inquiétude, ce mardi

H.M.

— 

La Croisette, le 10 août 2020, après le vent de panique.
La Croisette, le 10 août 2020, après le vent de panique. — Jacques Bernaroch - Sipa

Elles souffrent de traumatismes aux jambes ou d’égratignures dues à des chutes. Quarante-trois personnes ont été blessées lundi soir à Cannes dans le mouvement de panique qui s’est emparé de la Croisette, selon le bilan officiel diffusé par la préfecture.

Certaines ont été évacuées vers l’hôpital par les 81 sapeurs-pompiers mobilisés, d’autres s’y sont rendues par leurs propres moyens. Leur état n’inspire pas d’inquiétude. Ce phénomène de foule a eu lieu peu avant minuit après la diffusion d’une rumeur de tir(s).

Une enquête ouverte

Au lendemain de cet incroyable panique, sans doute inconsciemment alimentée par l’attentat du 14 juillet 2016 à Nice, les autorités confirment ce qu’elles ont déjà dit dans le courant de la nuit : les nombreuses vérifications et inspections menées par la police dans la nuit démontrent qu’aucun coup de feu n’a été tiré à Cannes dans le secteur de la Croisette. « Le mouvement de panique a donc été généré par une fausse rumeur », insiste la préfecture des Alpes-Maritimes, rappelant « l’importance de ne pas relayer de fausses informations sur les réseaux sociaux ».

Selon Nice Matin, une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de cet affolement général. Mais aucun suspect n’est recherché.