Coronavirus : Une rave illégale attire toujours entre 5.000 et 7.000 personnes en Lozère

INSOUCIANCE Au plus fort de la fête commencée samedi, plus de 10.000 personnes étaient présentes. L’événement est pourtant interdit et illégal

20 Minutes avec AFP

— 

Une rave party (illustration).
Une rave party (illustration). — SAZY/SIPA

La fête continue et l’affluence aussi en dépit de la limitation des rassemblements liée au coronavirus. Entre 5.000 et 7.000 personnes demeuraient toujours ce lundi matin sur un terrain agricole du parc national des Cévennes où elles se sont rassemblées samedi soir pour une rave party.

Un terrain dangereux

« Deux escadrons de la gendarmerie mobile, soit 120 hommes, ainsi que 50 gendarmes départementaux se relaient sur place pour surveiller le site et éviter que les véhicules ne repartent pour des questions sanitaires, liées au risque de propagation du Covid-19, et aussi de sécurité routière », a indiqué la préfecture de Lozère. Les gendarmes ont en outre procédé à des verbalisations pour alcoolémie et usages de produits stupéfiants. Par ailleurs le rassemblement est situé sur un plateau calcaire, le Causse Méjean, traversé par des gorges, a rappelé la préfecture.

Samedi soir vers minuit, plusieurs centaines de véhicules avaient envahi ce terrain agricole sur la commune d’Hures-la-Parade pour installer une rave party géante. Selon les agriculteurs, la mairie et les gendarmes interrogés dimanche matin, plus de 10.000 personnes étaient présentes pour cet événement interdit et illégal, alors que les manifestations de plus de 5.000 personnes sont toujours interdites en France. « Les Lozériens ont été très sérieux avec le Covid, ils ont respecté les gestes barrières et cette arrivée massive de gens qui ne respectent rien les a profondément choqués », a souligné dimanche soir la préfète Valérie Hatsch.

Dès 8 heures dimanche, des gendarmes avaient barré l’accès pour empêcher d’autres raveurs de rejoindre la fête. De très jeunes enfants sont sur place, a indiqué la préfète en évoquant le déploiement d’un poste médical avancé et la présence de la Croix-Rouge. Les autorités ont aussi distribué des masques et du gel hydroalcoolique aux raveurs.